Accueil » Histoire de l'art et archéologie (UFR03) » Masters recherche » Master 1 Conservation - Restauration des biens culturels

Contacts

MASTER Cons.-Rest. des biens cult.


17 rue Tolbiac, Paris 13e

Du lundi au vendredi : 9h30-12h / 14h-16h (jeudi : 9h30-12h)

 

Gestionnaire: Florence LARUELLE

Tél. : 01 45 83 33 57
Fax : 01 44 24 59 76
Courriel : Laruelle@univ-paris1.fr

 

RELATIONS INTERNATIONALES

58 Bd Arago, Paris 13e

Courriel : et.arts@univ-paris1.fr

Master 1 Conservation - Restauration des biens culturels




Former des restaurateurs d'oeuvres d'art et de biens culturels à l'université : un pari réussi.



C'est un peu tard, si on la compare à de nombreux voisins européens, que la France s'est engagée dans l'organisation de programmes de formation destinés aux restaurateurs : lorsque la Maîtrise de Sciences et Techniques Conservation - Restauration des biens culturels ouvrit ses portes, à la rentrée universitaire de l'année 1973, elle était la première formation française à la profession de restaurateur. Elle est encore aujourd'hui, dans notre pays, la seule formation universitaire à ce domaine professionnel.

Créée au sein de l'UFR 03 Histoire de l'art et Archéologie à l'initiative d'un archéologue (le professeur Jean Deshayes), cette formation a peu à peu précisé ses ambitions et conquis, sous la direction d'un autre éminent archéologue, le professeur Jean-Pierre Sodini, les moyens de sa fragile réussite.

La MST de conservation-restauration dispose aujourd'hui de quatre ateliers pédagogiques consacrés à la restauration des objets archéologiques (site de St-Denis), à celle des peintures, des arts graphiques et des sculptures (site du 17 rue de Tolbiac). Dans ces ateliers, les étudiants reçoivent une formation pratique en travaillant sur des œuvres, objets et documents confiés à l'université par divers responsables de collections publiques. Un cinquième atelier est consacré à la pratique du dessin, du modelage et des techniques anciennes (copie de peinture, à l'huile et a tempera, dorure et polychromie sur bois, gravure...). Il permet aux étudiants de développer leur sensibilité artistique, leur sens de l'observation et d'explorer l'histoire des techniques en confrontant les sources écrites à des essais concrets de reconstitution.

Les quatre années d'études qui conduisent au diplôme de maîtrise comportent aussi une part importante d'enseignements scientifiques. Grâce à une convention avec l'université de Paris 6 Pierre et Marie Curie, les étudiants, souvent d'origine littéraire, apprennent pendant deux ans les notions fondamentales de physique, chimie et biologie qui donnent accès en troisième année aux sciences appliquées à la conservation-restauration : analyse scientifique des œuvres, compréhension des mécanismes d'altération, des traitements chimiques de nettoyage et de stabilisation, connaissance des adhésifs et consolidants, naturels ou synthétiques, utilisés en restauration. Un autre volet de la formation aborde l'histoire de la discipline et sa méthodologie, en insistant sur le recul critique, la retenue et la transparence qui caractérisent la déontologie actuelle des interventions de conservation-restauration.

À la croisée de plusieurs disciplines, historiques, scientifiques, artistiques et techniques, les restaurateurs exercent en effet un métier difficile et ont une grande responsabilité : celle de préserver notre patrimoine culturel des multiples facteurs qui le menacent et de participer à sa compréhension et à sa mise en valeur. En près de trente années d'existence, la MST de Paris 1 a formé, avec de multiples partenaires, quelques centaines de professionnels, aujourd'hui reconnus, spécialisés dans de nombreux domaines (du vitrail à la peinture, en passant par le livre et l'archéologie...), habilités par leur diplôme à travailler sur les collections des musées de France, et rassemblés dans une association d'anciens élèves dont le dynamisme (publication d'une revue, organisation de colloques internationaux, actions de formation permanente) n'a jamais faibli. L'harmonisation européenne des enseignements supérieurs et la validation des acquis de l'expérience constituent les nouveaux enjeux, stimulants, auxquels elle doit à présent faire face.