Accueil » DDMEG Master 2 professionnal Sustainable development, environmental management, and G.I.S. » L'organisation de la formation

L'organisation de la formation

Le séminaire commun, la formation SIG, le cours "European regulation", et la formation aux concours de la fonction publique territoriale sont obligatoires ainsi que les ateliers professionnels du 1e semestre et le stage de 2nd semestre.

Les étudiants doivent ensuite choisir 20 ECTS parmi les cours optionnels, en panachant de façon équilibrée entre les cours de droit, d'économie et de géographie (au moins 4 ECTS dans chacun des groupes).

 

SYSTEME D'INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) et INFORMATIQUE - ENSG (180 h / 8 ECTS)

 

Cet enseignement est assuré par l'Ecole Nationale des Sciences Géographiques (5 bd Descartes, Champs sur Marne, 77, RER A).
Il est destiné à donner les moyens d'appréhender les différents aspects des systèmes d'information géographique. Il est décomposé en deux sous-groupes : informatique et SIG (concepts et utilisation). Ainsi, après avoir présenté les bases de la théorie des graphes nécessaires pour structurer des données et résoudre des problèmes de parcours dans les bases de données géographiques, les principes de la modélisation par une méthode orientée objet sont enseignés pour conduire à la connaissance des principes fondamentaux de la conception et de la gestion d'une base de données en général, et en particulier d'une base de données géographiques. Les différents aspects du système d'information géographique sont alors présentés (fonctionnalités de base, types de données, problématiques d'utilisation) ainsi que les règles d'usage en sémiologie graphique. Une mise en pratique de ces concepts sur deux SIG du commerce est faite pour illustrer les concepts vus en cours autour d'exemples d'analyse spatiale et d'aspects particuliers comme la visualisation en 3D. Dans la mesure où ce cours fait appel à des aspects informatiques, il permet de faire la jonction entre le monde de la géographie considérée comme un domaine des sciences humaines enseignées à l'université et celui de la géomatique, telle que pratiquée dans le monde professionnel, proche du monde des sciences et des techniques.

Informatique - théorie des graphes
- Principaux concepts : notions de graphes et de relation, cycles et co-cycles, extensions et hypergraphes,
- Algorithme : recherche de flots dans un réseau, parcours, recherche du plus court chemin,
- Applications : graphe d'intervalles, problèmes de parcours, structuration des données et triangulation
Informatique - modélisation et gestion dans une base de données
- Conception d'une BD géographiques : modélisation, gestion de données sémantiques et géographiques
- Exercices applicatifs avec un système de gestion de base de données

SIG - Concepts et applications
" Introduction aux SIG : projection et systèmes de coordonnées, analyse spatiale, panorama des SIG, panorama des données
" Cartographie et sémiologie
" Mise en œuvre sous deux SIG du marché (MapInfo et ArcGIS) : prise en main, acquisition des données, traitement et analyses spatiales, visualisation et diffusion de données.

 

SÉMINAIRE COMMUN (36 h / 6 ECTS)


Ce séminaire est conçu pour permettre de croiser les regards des trois disciplines sur les questions environnementales. Il prolonge le séminaire commun de M1 articulé autour du concept de « développement durable ». Il est lui aussi construit autour d'un thème commun intégrateur, cette fois-ci celui du « patrimoine naturel », pour l'année 2013-2014.

Il s'agit d'abord de montrer aux étudiants comment la question est traitée par la discipline, avec ses spécificités et ses limites. Puis il s'agit d'analyser les points de convergence et de voir comment il est possible - ou non - de travailler plus explicitement sur des objectifs transversaux. Douze séances sont prévues, faisant alterner les séances de droit, d’économie et de géographie sur le sujet. Ces séances s'adressent aux étudiants des masters recherche des trois disciplines et aux deux masters professionnels (DDMEG et GGRC). Les intervenants sont à la fois des enseignants chercheurs et des professionnels. Le mode d'évaluation consiste en un écrit avec à la fois des éléments de diagnostics et aussi des recommandations ou préconisations.

Enseignant responsable : le directeur de la mention de master "Environnement".

 

 

MODULES DE COURS OPTIONNELS

LES OUTILS DE GESTION DE L'ENVIRONNEMENT (30h / 4 ECTS) P. Pech

Ce cours est axé principalement sur les établissements publics et les collectivités territoriales. Il s’agit d’explorer de quels outils elles disposent pour conduire leur stratégie et leur projet dans une logique de DD.

(NB les relations avec les entreprises, les outils spécifiques aux entreprises (éco-certification, SME, stratégie durable) sont traités dans les cours d’économie).

 

Il repose sur un travail par groupe de 3 étudiants maximum (avec un panachage juriste/économiste/géographe/élève ingénieur ENSG) tout au long du semestre pour l’étude d’une collectivité ou d’un établissement public de type EPCI  avec ce dont s’est dotée cette collectivité ou cet établissement comme démarche, méthode, outil, ainsi que les objectifs et les moyens mis en avant et les résultats obtenus.

Ce travail est alimenté par les interventions de professionnels, spécialistes d’une de ces démarches ou outils : plan climat territorial, analyse du cycle de vie et approche carbone, l’analyse de transfert de matière et d’énergie et plus largement la question de l’écologie industrielle, la gestion de la mobilité PDU, PDA et PDE, l’étude d’impact, la mise en œuvre des démarches HQE vue du côté des entreprises, l’achat public durable, et enfin la prise en compte de la biodiversité (trame verte et bleue) et de la santé (plan santé).


Enfin, les étudiants organiseront le forum annuel dédié aux métiers de l'environnement et à leurs compétences. Ils déterminent le contenu du programme et ils contactent les intervenants pressentis. Ce travail est placé sous la responsabilité du directeur du master et de l'ensemble de la promotion.

 

 

LES TERRITOIRES DU RISQUE : ÉTUDE DE CAS (30h / 4 ECTS) P. Durand

L'objectif de cet EP est de montrer comment le risque est appréhendé de manière différente selon les territoires. Il s'agira notamment d'analyser en fonction des divers échelons territoriaux, les perceptions et les modes d'organisation des acteurs, les types de réglementations existantes et les outils disponibles, en termes de prévention, d'information, d'évaluation et de gestion. Pour faire le lien entre les types de risques et les territoires, les raisonnements seront menés à des échelles spatio-temporelles différentes à travers des exemples précis concernant des aléas naturels et / ou technologiques portant sur des milieux urbains, ruraux, touristiques, industriels, agricoles, littoraux et montagnards.
L'EP fonctionne avec des exemples traités, renouvelés d'une année sur l'autre, à différentes échelles, milieux et types d'activités, pour cette année :
- une analyse du risque d'inondation et une étude de cas (6-7 heures),
- les risques urbains liés aux écoulements (ruissellement, mouvement de terrain, gonflement-retrait des argiles en France (3 heures)
- les risques technologiques à l'échelle supra-nationale (Tchernobyl et les politiques énergétiques) (5 heures)
- les risques liés à l'aléa "tempête" sur le territoire français métropolitain et dans les DOM-TOM (5 heures)
Les étudiants doivent préparer des dossiers pour les deux dernières séances, ce qui permet de les évaluer pour ce module.

 

ANALYSE ET GESTION DES PAYSAGES (30h / 4ECTS)  C. Carré et S. Keravel

Le séminaire Pratiques paysagistes contemporaines, mutualisé entre l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage et  l’Université Paris-1, a pour objectif de présenter plusieurs démarches d’architectes paysagistes contemporains. Celles-ci, représentatives des diverses formes que revêt aujourd’hui l’activité professionnelle de paysagiste, permettront de mieux comprendre quelles compétences propres l’architecture de paysage apportent dans le champ de l’aménagement de l’espace et du territoire, où interviennent d’autres spécialistes mais aussi des acteurs de la société civile. L’enseignement dispensé par des chercheurs et des professionnels de l’architecture du paysage aura pour objectif de transmettre aux étudiants des éléments de la culture propre au champ de l’architecture du paysage, d’expliquer les démarches de projets de paysage et de donner les outils pour les décrire, les comparer, en comprendre la valeur et l’actualité dans le débat contemporain.

 


FONDAMENTAUX DE L'ECONOMIE DE L'ENVIRONNEMENT (10 heures)  M. Chiroleu-Assouline

(Obligatoire pour étudiants non économistes)


Ce cours rappelle les fondements de l’économie de la pollution, puis les instruments de contrôle de la pollution : les négociations privées (théorème de Coase), la taxe pigouvienne, les normes réglementaires, les permis d’émission négociables, et leur comparaison.

Dans la mesure où la spécialité professionnelle est ouverte à des non économistes, ces éléments sont des pré-requis indispensables à la bonne compréhension des cours proposés.

 

EVALUATION DES ACTIFS NATURELS (18h / 2 ECTS) F. Pratlong

Ce cours présente les méthodes d'évaluation des dommages à la santé et à l'environnement et des bénéfices de préservation de l'environnement (bénéfices d'usage, de non-usage, valeur d'existence) : méthode des coûts de déplacement, des prix hédonistes et d'évaluation contingente. Il propose ensuite une analyse critique de la fiabilité des résultats. Enfin, plusieurs applications sont étudiées.

 

CALCUL ECONOMIQUE - EVALUATION DE PROJETS (18h / 2 ECTS) F. Pratlong 

Ce cours vient en approfondissement théorique de celui d’évaluation d’actifs naturels.

Après une introduction sur le fondement de l’analyse coût-bénéfice, il développe l’analyse des surplus, celle de l’agrégation de préférences individuelles, le choix du taux l’actualisation, le calcul de la valeur actualisée nette (VAN), et interroge les règles de décisions publiques.

Il considère ensuite l’analyse coût-bénéfice au regard de l’analyse coût efficacité, à  travers les questions du risque, de l’incertitude et du prix d’option. Il insiste sur la question de la valeur d’option et du calcul du prix d’option, sur la valeur d’usage et la valeur d’existence ; enfin, sur l’irréversibilité et la quasi valeur d’option.

 

ECONOMIE DES DECHETS ET DE L'EAU (18h / 2 ECTS) J. de Beir, O. Beaumais

L'objectif de ce cours est de permettre l'identification des grands problèmes environnementaux qui sont, en partie, liés à la gestion des collectivités locales. Dans un cadre conceptuel nous définissons certaines notions environnementales, économiques et institutionnelles relatives aux domaines des déchets et de l'eau. Elles nous permettent de mieux appréhender les caractéristiques de l 'économie des déchets et de l'eau : identification des circuits respectifs, obligations légales, relations marchandes et non marchandes entre les agents concernés, enjeux environnementaux.

 

STRATÉGIES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DES ENTREPRISES (18h / 2 ECTS) M. Chiroleu-Assouline

Un nombre croissant d'entreprises communiquent sur leur responsabilité sociale et environnementale (RSE), c'est-à-dire sur lle fait qu'elles intègrent volontairement dans leur stratégie des préoccupations environnementales. Ce type de stratégie présente des coûts, car l'entreprise s'engage dans des actions dont le bénéfice n'est pas immédiat, mais il est susceptible de procurer aux entreprises certains gains (réduction des coûts, anticipation de contraintes réglementaires futures, nouvelles opportunités de marchés et de profit, effets d'image, meilleure gestion du risque et avantages financiers, etc) qui peuvent excéder le coût des investissements initiaux nécessaires. Ce cours vise ainsi à étudier, théoriquement et à l'aide d'études de cas, les motivations des entreprises à s'engager dans une démarche RSE.

 

MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT (18h / 2 ECTS) D. Bailleul

Qu’il s’agisse de contraintes réglementaires, d’opportunités économiques ou d’atténuation des risques (financiers, assurances, médiatiques, « image »), les enjeux liés à l’environnement dans le secteur privé constituent une motivation pour les dirigeants dans le déploiement de stratégies environnementales.

Dans ce contexte, le cours de « Management de l’environnement » a pour objectif de présenter aux étudiants les facettes et modalités de la gestion de l’environnement dans les entreprises de différents secteurs d’activité (industrie, BTP, services, etc.). Ce module vise ainsi à apporter aux étudiants les savoir-faire et techniques servant la gestion des impacts environnementaux dans les entreprises.

Enseigné par Daniel Bailleul (consultant senior en management environnemental à SOCOTEC Consulting, responsable de l’agence Ile-de-France / Nord-Est), il se compose de six modules de trois heures.

Certains seront voués à la compréhension et l’appropriation des tenants et aboutissants d’un système de management environnemental de type ISO 14 001 (le plus répandu dans le secteur privé pour l’environnement). Il s’agira en particulier d’apprécier :

  •  l’identification des aspects environnementaux d’une entreprise (consommation d’énergie, consommation de ressources naturelles, production de pollutions, impacts sur le milieu, etc.) ;
  • la hiérarchisation selon leur importance au regard des conséquences pour l’entreprise et le territoire (en termes de gravité, fréquence, maîtrise)
  • l’élaboration d’un programme de management environnemental (objectifs, cibles, actions et indicateurs de suivi)
  • la mise en place des actions et des modalités de contrôle et mesure de leur efficacité ;
  • la réalisation d’audits ;
  • l’animation de revues de direction et de plans d’amélioration.

D’autres séances seront des mises en situation avec des études de cas (à partir d’entreprises que SOCOTEC a accompagnées) et de jeux de rôles (auditeurs/audités, techniques d’audit, questions incontournables, attitudes à adopter, etc.).

Enfin, les derniers porteront sur le métier de conseil en entreprise, les techniques managériales et la présentation d’outils pour servir la performance des entreprises.


FONDAMENTAUX DU DROIT (10 heures)  R. Bourget

Obligatoire pour étudiants non juristes

Ce cours a pour objectif d'initier les étudiants non spécialistes aux enjeux et aux techniques du droit.

 

DROITS SPÉCIFIQUES DE L'ENVIRONNEMENT (15h / 4 ECTS). M. Torre-Schaub

Ce cours s’adresse à des étudiants juristes et non juristes, et suppose donc de rappeler en introduction les grands principes du droit de l'environnement : prévention, précaution, pollueur-payeur etc.

Puis, pour la moitié des séances, il présente la notion de responsabilité environnementale (volet français et européen) et la notion de dommage écologique pur (fondements juridiques, évolution législative et jurisprudentielle) au niveau national, européen et international.

A travers ces sujets, d'autres questions essentielles du droit de l'environnement sont abordées sous forme d'exemple (changements climatiques, pollutions diverses et autres préjudices et dommages).

L’autre moitié des séances est consacrée à la question du vivant et dans la biodiversité dans le droit, à travers l'appréhension des OGM par le droit public. Ce sujet comporte plusieurs aspects juridiques fort différents :

- en droit constitutionnel, il pose des questions relatives à la souveraineté, les OGM pouvant être autorisés par l'OMC et l'UE, auquel cas la France doit les admettre sauf à faire jouer le principe de précaution comme clause de sauvegarde,

- en théorie du droit, il met en relation le droit et la science par l'intermédiaire du principe de précaution,

- en gestion publique et politique publique, il pose la question de la gestion des risques et du bilan à faire entre coûts et avantages,

- sur le plan de la technique juridique, il met en jeu les libertés fondamentales d'entreprendre, du commerce et de l'industrie,  l'usage des pouvoirs de police, de la protection de la propriété privée et de la responsabilité encourue par l'agriculteur en cas de dissémination.


DROIT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES (15h / 2 ECTS). J-Ph. Brouand

Les collectivités territoriales sont un des acteurs majeurs des politiques environnementales et du développement durable. Dans les trente dernières années, leurs moyens et compétences se sont considérablement étendus. Aussi il est indispensable d’acquérir des connaissances minimales sur le cadre juridique dans lequel celles-ci évoluent. L’objectif de ce cours est de permettre une meilleure compréhension des contraintes et prérogatives que connaissent les collectivités. L’accent sera mis également sur les règles particulières qui gouvernent la commande publique.

L’enseignement s’appuie sur l’exploitation d’un certain nombre de documents juridiques (arrêts et jugements, textes de loi, etc.). Il s’adresse essentiellement à des étudiants non-juristes.


DROIT DE L'URBANISME DURABLE (15h / 2 ECTS). J-Ph. Brouand

Dans la mesure où il permet la maîtrise par les collectivités publiques de l’occupation des sols et du développement urbain, le droit de l’urbanisme joue un rôle essentiel dans les politiques locales de développement durable. Longtemps conçu dans une logique d’extension urbaine et de consommation foncière, il doit désormais composer avec les impératifs de la sobriété imposés par le Grenelle de l’environnement et ses suites.
Le cours permet donc, dans une approche globale, d’aborder les principaux instruments de l’urbanisme et de les confronter aux enjeux du développement durable. Il peut être suivi par les étudiants quel que soit leur niveau de connaissances juridiques.

 

DROIT DES ENTREPRISES (15h / 2 ECTS).  S. Pelletreau

Ce module est dédié aux entreprises, particulièrement les ICPE et les installations classées SEVESO. Seront étudiés les pouvoirs de l'administration, les obligations de l'exploitant, les sanctions administratives et pénales, les obligations d'information.

 

EUROPEAN REGULATION AND ENVIRONMENT (20h / 4 ECTS) Jorgen Gren
Financing the environment : bases, project financing and processes in the framework of the cohesion policy.
The idea behind the course, given in English, is to familiarize the students with the project financing and analytical processes in the environmental field in the framework of the cohesion policy instruments. The course will mention the legal bases for both environmental policies (acquis, EIA, SEA etc.) as well as for cohesion policy (structural funds, requirements for cost-benefit analyses etc.) :
1. Brief overview of the origins and evolution of the framework for supranational rules (international and European) concerning the environment and the basic principles of Cohesion policy.
2. Political basis for environmental projects : environmental "acquis" and structural funds regulations.
3. Economic analysis and methodologies as applied to environmental projects financed by the cohesion policy instruments (case : Mont St Michel).
4. Conclusion : mixing cohesion and environmental policies with economic tools for concrete activities in the environmental field.

 

MÉTHODE DE LA NOTE DE SYNTHÈSE : PREPARATION AU CONCOURS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE (20h / 2 ECTS) Odile Nieuwyaer

Il s’agit d’une sensibilisation aux métiers de la fonction publique territoriale, et aux modalités spécifiques de recrutement. En complément, vient une présentation des épreuves écrites et orales des concours d’attachés et d’ingénieurs par des intervenants du CNFPT Ile-de-France. En complément, les étudiants sont formés à la note de synthèse administrative, avec deux épreuves écrites, dans les conditions du concours.

 

ATELIER (60h / 10 ECTS)

Dès la rentrée universitaire de septembre, les étudiants sont placés dans un cas concret de réponse à une commande publique.
Cette commande est rédigée conjointement avec les enseignants de l'équipe et l'organisme qui passe la commande. L'ambition est de permettre aux étudiants d'appliquer une réflexion sur l'évaluation des politiques publiques environnementales et aussi de voir comment la prise en compte des coûts et des bénéfices environnementaux participent à la formation de la rente territoriale.
Les étudiants constituent des équipes-projets, réunissant dans la mesure du possible des étudiants des différentes disciplines (géographes ; économistes ; ingénieurs ; juristes, paysagistes).

Jour de la rentrée : présentation des ateliers
Octobre : Constitution des équipes-projets, organisation des missions, formation à la méthodologie de conduite de projet
Octobre à décembre : Réalisation de la phase diagnostic partagée par les équipes. Elaboration d'un bilan de faisabilité et affinage du cahier des charges du projet.
Décembre : Rendu des premiers diagnostics aux collectivités. Formalisation de la commande définitive du projet par les commandaitaires
Janvier à mars : Elaboration des projets par les équipes.
Mars : Rendu des dossiers et présentation devant un jury associant les collectivités partenaires, les professionnels et universitaires mobilisés. Debriefing des travaux pour une valorisation professionnelle par les étudiants.

 

STAGE (10 ECTS)

A partir d'avril, les étudiants sont en stage, pour une durée de 6 mois.

 

 

 

 

 

 

Copyright - Master Professionnel Environnement "Développement durable, Management Environnemental, Géomatique"