X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil > Master 2 professionnel Logistique Marketing & Distribution > La vie du Master  > Une journée avec...

Une journée avec...

 

Une journée chez... Airbus à Toulouse 

Le 28 Octobre 2013, les P16 ont eu l’opportunité de visiter l’usine d’assemblage des A 380 basée à Toulouse, plus précisément à Blagnac. Ce hangar est en fonctionnement depuis 8 ans déjà, suite à sa construction en 2005.

 

Nous avons  ainsi pu entrer dans les coulisses de l’aéronautique, dans ce hangar de plus de 40 mètres de haut. Toute la chaine d’assemblage de l’A380 et ses différents postes nous ont été présentés.

 

Malgré la conjoncture actuelle, le carnet de commande est toujours aussi saturé.  Depuis son ouverture, l’usine compte près de 113 A380 livrés à ces différents clients (Fly Emirates est l’un des principaux). A ce jour, Airbus comptabilise 25 commandes pour cette année 2013.

 

Sa production est partagée sur divers pays européens. En effet,  l’entreprise se veut de conserver sa culture européenne. Cependant cela complexifie nettement sa logistique en général.  Les différentes parties qui composent l’avion proviennent de pays variés. Le tronçon et le VTP (la queue), sont tous deux produits en Allemagne, tandis que les ailes sont fabriquées en Espagne. Pour ce qui est de l’avant de l’avion et du  fuselage, une partie est réalisée à Saint Nazaire et une seconde partie à Hambourg.

 

Par cette culture d’entreprise européenne, Airbus a dû communiquer avec ces différents fournisseurs et réfléchir  aux diverses méthodes d’acheminement  qui seraient les plus adaptées  pour permettre un bonne arrivée des constituants, et à temps,  à Blagnac.  Généralement, ces différentes pièces sont expédiées par voie maritime et aérienne.  Il existe un réel travail d’anticipation du rapport client fournisseur afin de trouver les solutions de secours.

 

Une fois les pièces réceptionnées, l’avion va suivre les différents postes suivant un cahier des charges très précis et rigoureux. A chacun de ces postes Airbus va petit à petit finaliser l’assemblage (structure, système électrique, tuyauterie d’air …)  jusqu’à rendre l’avion fonctionnel. Suite à de nombreux tests, l’A380,  est prêt à s’envoler pour Hambourg  où s’effectuera  l’habillage commercial. L’avion ainsi finalisé sera alors remis au client final.

 

On constate alors qu’une organisation spécifique et rigoureuse  est mise en route afin de faciliter le suivi de la production. Ainsi à chaque fois qu’un avion passe vers le poste suivant, un autre occupe sa place précédente.  En bref, quatre A380 sont ainsi assemblés dans ce même hangar de Blagnac au même moment.

 

En ce qui concerne leurs prévisions futures, Airbus a désormais un carnet de commandes assez chargé pour les années à venir. L’entreprise en a déjà pour  huit ans de travail prévu.

 

En interne, Airbus est en plein projet d’amélioration des tâches des « compagnons », la main-d’œuvre.   Grâce à un « spaghetti mapping »  Airbus visualise les différentes tâches et déplacements de chacun. Suite à ces analyses l’entreprise  essaie ainsi de cerner les points faibles et tente d’y remédier rapidement.

 

En ce moment l’équipe décisionnelle est en pleine réflexion et souhaite mettre en place un meilleur environnement de travail pour les ouvriers. Cette initiative  passe notamment par la réduction du temps de déplacements et du nombre des manquants.

 

De plus, dans le but d’améliorer la réactivité et la performance de l’entreprise, Airbus cherche à simplifier les différents flux logistiques rendus complexes par le partage de la production entre différents pays européens.

 

 

 

 

Une journée avec... Le parrain de la promotion 15, DHL

 

 

Le 31 janvier 2013, tous les étudiants du Master 2 Logistique de L’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ont eu le plaisir d’être accueilli par leur parrain officiel pour la quatrième année consécutive, DHL Supply Chain.

 

 

Découverte du secteur Fashion dans la logistique, un domaine attrayant d’autant plus que la promotion compte cette année 18 filles pour 6 garçons !

 

Nous avons donc été reçus le jeudi 31 janvier 2013, sur le site de Croissy Beaubourg, dans la Marne (77), par l’Assistante de direction, le Directeur commercial, le Chef de plateforme MLV et le Directeur du site logistique VAS de DHL Supply Chain Fashion Logistics.

Et avec un excellent petit déjeuner !

 

Cette visite nous a permis de parcourir l’ensemble des activités du groupe DP DHL, présent dans plus de 220 pays dans le monde, mais aussi de connaître les spécificités de ce secteur d’activité distinct des autres : la mode et les accessoires de mode.

 

La première partie de notre matinée a été consacré à l’intervention du Directeur commercial, qui nous a présenté l’entreprise à différents niveaux, en commençant logiquement par…

  • Le groupe DP DHL qui s’est construit par acquisitions successives en 2002. Il décide alors de regrouper toutes ses activités afin de donner du sens à tous ses rachats. La même année, la Deutsche Post acquiert DHL, pour ensuite étendre le nom à chaque Business Unit créé. Une véritable stratégie corps business qui dessinera l’avenir du groupe constitué actuellement de 5 entités (Global Mail, Freight, Express, Global Forwarding, Supply Chain).
  • Puis la division DHL Supply Chain, fut créer en 2005, lorsque le groupe rachète le numéro un mondial de la logistique : Exel. Il compte aujourd’hui environ 65 sites en France.
  • Enfin, DHL Supply Chain rachète à son tour Danzas Solution qui avait parmi ses entreprises « Transvet », à l’origine de la branche Fashion Logistics qui dispose de nos jours, d’une quinzaine de  plateformes de distribution en France.

 

C’est ainsi que commence l’histoire du secteur de la mode chez DHL SC.

Comme nous l’expliquais le Directeur Commercial, le métier reste très pointilleux et se plie aux exigences de leurs clients de la mode et notamment du luxe, vers une logistique sur mesure.

Le réseau mis en place par DHL Fashion & Lifestyle, permet alors de mutualiser la distribution des vêtements suspendus, en colis et des supports marketing dans un même véhicule. De plus, il couvre tous les centres villes et centre commerciaux de France en leur offrant une large palette de services (distribution H24, livraisons inter-magasins, traçabilité, stockage et technologie RFID, e-commerce, pose d’étiquettes promotionnelles, gestion des retours ou encore valorisation des emballages…).

Pour une solution adaptée au besoin client avec une qualité end to end.

 

Nous avons ensuite parcouru les locaux dans le cadre de la visite du site, durant la deuxième partie de la matinée. Cette visite a été scindée en deux temps.

Premièrement, le chef de la plateforme de Marne La Vallée nous a pris en charge pour nous expliquer le fonctionnement du transport et du réseau de distribution. L’entrepôt est équipé d’un système sur rails pour le traitement des vêtements suspendus, mais depuis quelques années, la tendance s’inverse et maintenant 60% du prêt-à-porter est livré sous colis, nous explique-t-il. Chaque jour, entre 40 et 70 remorques arrivent et repartent de ce Hub. De plus, il peut y avoir jusqu’à 60 intérimaires par jour, selon la saison, ainsi les installations sont rendues plus pratiques pour plus d’efficacité et de rapidité.

Puis, nous avons continué la visite avec le Directeur du site logistique sur la partie de l’entrepôt consacrée à son activité. Le stockage y occupe la plus grande surface et quelques spécificités occupent l’autre partie. Nous avons ainsi pu voir, l’atelier couture en charge du re-étiquetage des vêtements ou du re-branding, la gestion d’une partie du stock grâce à la technologie RFID, et les nombreuses marques qui ont choisi le réseau Fashion de DHL SC comme leur prestataire favori …

 

Nous remercions le site et son équipe de nous avoir accueillis, pour leur sympathie et leur implication dans l’explication et la démonstration de leur activité, en tant que spécialistes du transport et de la distribution de la mode.

 

Une journée avec... le parrain de la 10e promotion Houra.fr (groupe Cora)


Le 4 février 2008, les P11 ont eu l'honneur de recevoir les responsables marketing et logistique du cybermarché Houra.

Rencontre avec l'entreprise qui parraine la promotion n°10.

Le 4 février, nous avons accueilli dans nos locaux les responsables marketing et logistique du cybermarché Houra. Grâce à leur discours, ponctué d'anecdotes, nous avons appris le mode de fonctionnement de l'entreprise qui parraine la promotion précédente.

Pendant sa première année de lancement, en 2000, l'entreprise a fait face à de grosproblèmes logistiques. Preuve de sa réactivité, dès l'année suivante, elle a internalisé le transport et a rectifié les négligences de ses prestataires.Houra a intégré un service de formation qui suit les livreurs 24h/24 et 7jours/7 pendant leur premier mois d'activité. Ce système diminue le turnover et répond à l'orientation humaine que l'entreprise se veut de promouvoir en interne. Les livreurs demeurent chacun sur une même zone de livraison, de façon à établir des relations plus étroites avec la clientèle.

Au niveau marketing, pour se présenter comme un cybermarché plus axé service que ses concurrents, Houra a instauré une cellule d'appels sortants qui veille à la bonne réception des commandes, ainsi que des avantages adaptés à des cibles particulières (femmes enceintes, personnes aveugles...). Afin de conforter son positionnement fraîcheur, si les clients sont absents au moment de la livraison (qu'ils ont préalablement choisi), l'entreprise jette les produits frais commandés et en offre gracieusement de nouveaux au prochain rendez-vous fixé.

En termes de publicité, pour ce « pure player » ne livrant pas toutes les régions de France, le meilleur vecteur de communication reste le bouche-à-oreille. L'entreprise aime imaginer que les camions Houra qui sillonnent entre maisons et immeubles génèrent des discussions entre voisins et transforment des prospects en clients.

Après l'ouverture récente d'un nouveau Centre de Préparation de Commandes qui dessert le sud de la France, Houra est confronté à un nouveau pari : le site Internet du distributeur, seule interface avec les consommateurs, doit changer selon le lieu de résidence des clients. En effet, les marseillais étant approvisionnés par le CPC de Marignane, ils ne disposent pas de toutes les gammes de produits auxquelles ont accès les parisiens. Ceci modifie les rubriques et donc le fonctionnement du site web.

L'aspect pratique du site ne laisse pas place à des opérations de cross-selling : les « mémo listes » sont très appréciées des nombreux clients qui font preuve d'une certaine uniformité dans leurs achats, mais ne favorisent pas la vente de nouveaux produits. Parmi les 50 000 références que Houra propose, 75% proviennent des plates-formes du groupe et 25% sont fournies directement par les producteurs. Les produits à DLC très courtes, tels que la viande, les fruits et les légumes, sont gérés en « stock ouvert » : l'entreprise commande à ses fournisseurs deux fois par jour, en fonction des achats de ses consommateurs. Houra ne s'engage à livrer que 1 200 commandes par jour, de sorte à se concentrer sur la qualité du service. De même, selon les plages horaires de livraison souhaitées par les clients, des quotas sont fixés. En effet, entre 20h et 22h, les demandes de livraison sont abondantes et l'entreprise est contrainte de les limiter, en vue du respect des délais promis.

De façon globale, nous saluons la sympathie et le dynamisme des deux intervenants qui ont animé notre journée. Ils nous ont témoigné leur implication totale dans les projets de leur entreprise et se sont montrés très attentifs à nos questions. Pour conclure, nous remercions encore une fois Houra d'avoir répondu présent pour soutenir notre formation.


 

 

 

Une journée avec... les sapeurs pompiers de Paris


Le lundi 3 novembre 2008, les étudiants les étudiants de la 11e promotion ont passé la journée au centre de formation de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris (BSPP). Thème de cette rencontre atypique : la gestion du stress...

Pour la 1ère fois de son histoire, le centre de formation de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris ouvre ses portes aux civils. Dans cette enceinte militaire où règnent discipline et professionnalisme, nous nous sommes confrontés à nous mêmes.

La journée a commencé par des témoignages de ces hommes prêts à donner leur vie à chaque départ en intervention. Le self control, le management, la motivation... Toutes ces variables, déjà importantes en entreprise, deviennent ici particulièrement sensibles car elles détermineront parfois la survie d'individus.

Après cette sensibilisation et quelques conseils pour gérer son stress au quotidien, nous sommes passés ... à la pratique. Dans un caisson à peine plus gros qu'un four nous en prenons plein les oreilles. Si l'ambiance est détendue, le ton est donné . Après avoir revêt la tenue de protection, nous entrons par groupe de 10 dans un simulateur. Le feu prend dans le coin de la pièce. La chaleur monte jusqu'à 500°, l'air manque, le moindre mouvement est un effort.

Nous poursuivons l'expérience, reliés à un pompier professionnel, nous entrons dans une cave enfumée où la visibilité est nulle. Grace au masque à oxygène nous approchons près du foyer et mesurons les écarts de température entre le plafond et le sol.

Nos expériences sont allées crescendo, cette journée a marqué les esprits. Un grand merci à la BSPP, mais également à Shirley Betito (P10) et son père Jean-Marc Betito, qui nous ont permis d'entrer dans l'univers très particulier des Sapeurs Pompiers de Paris.