X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Master Erasmus Mundus TPTI "Techniques, Patrimoines, Territoires de l'Industrie : Histoire, valorisation, didactique" » Semestre 4

Contact

Master Erasmus Mundus TPTI

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre Malher

9, rue Malher

75004 PARIS

Téléphone : +33 (0)1 44 78 33 28

Courriel : tpti@univ-paris1.fr

Semestre 4

UE41. Mobilité de spécialité, 5 crédits ECTS

 

 Université d'Alicante : Patrimoine et économie des biens culturels (2 au choix)

 

Economie des ressources naturelles, J Melgarejo ou,

Economie des biens et du secteur immobilier, JA Miranda ou,

Economie du tourisme, A Ramon

 

 

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sfax: Tourisme, archéologie et développement (2 au choix)

 

Les chantiers navals traditionnels en Méditerranée, A Barkaoui ou,

Le patrimoine insulaire méditerranéen, A Fehri ou,

Politiques publiques et revalorisation territoriale : l'exemple tunisien, M El Behi

 

 

Université Polytechnique de Prague : Histoire des techniques et technologie contemporaines (2 au choix) 

 

Cultures techniques et développement local : l'exemple tchèque, M Efmertova ou,

Histoire de l'électricité et de l'électrification, Z Benes ou,

Technosciences et fabrique de l'Histoire, M Efmertova

 

 

Université de Technologie Fédérale du Parana: Travil, Médiations et Culture, Soutenabilité (2 au choix)

 

Technologie durable, E Kruger, M Correa da Silva, E Fassi Casagrande Jr ou,

Genre et technologie, M Gomes de Carvalho, N Stancki da Luz ou, 

Design et culture, L Ernesto Merkle, M Lopes Pinheiro Queluz

 


UE42. Mémoire de fin d'études, 25 crédits ECTS

 

Comme dans tout master, la formation MEM TPTI consiste en l’acquisition de compétences. Et comme dans tout master professionnalisant, ces compétences sont de deux ordres :

 

- capacités à conduire une recherche-action dans le champ concerné : choix de sujet, détermination et dépouillements de sources ; choix bibliographique approprié ; positionnement historiographique critique ; définition et développement d’une problématique ; mise au point d’hypothèses pour vérifier cette problématique, et la corriger au besoin ; choix et analyse d’étude de cas pour vérifier cette problématique et la corriger au besoin ; synthèse critique finale dans les deux champs théoriques et pratiques. L’acquisition de ces compétences se fait dans le cadre du projet personnel, en lien avec les séminaires et modules de formation correspondant dans la totalité du parcours.

 

- capacité à concevoir et développer un projet collectif de recueil de données et de valorisation dans le champ concerné en mobilisant les outils numériques et classiques adéquats. L’acquisition de ces compétences se fait dans le cadre du projet tutoré, en lien avec les séminaires et modules de formation correspondants dans la totalité du parcours.

 

Le mémoire se compose obligatoirement de 4 parties : 

 

1/ La rédaction du projet personnel

 

Cette partie comporte entre 100 et 120 pages hors annexes. Elle peut s’organiser de la manière suivante :

 

- Introduction (4 à 5 pages) : définition et justification du sujet, définition des bornes chronologiques et géographiques, insistance sur l’intérêt scientifique du sujet, présentation de la problématique choisie à propos de ce sujet, et en réponse à cette problématique : annonce du plan

 

- Chapitre I. Sources et bibliographie : les sources doivent être ordonnée selon les lieux d’archives et/ou selon les formes : sources manuscrites, sources imprimées, iconographie, collections d’objets et sources de terrains, enquête orale, webographie, en précisant à chaque fois : disponibilité, nature, côte, titre, date. La bibliographie doit être ordonnée par nature : ouvrages généraux, articles, iconographie, enquête orale, webographie, puis par ordre alphabétique.

 

- Chapitre II. Historiographie : le but de cette partie est de positionner le travail effectué dans la recherche plus globale qui a été faite à propos et autour du sujet dans la communauté scientifique européenne voire internationale du master. Le masterant doit montrer qu’il sait ce qui a été fait sur le thème, et où il se situe par rapport à cela, en développant une analyse critique des travaux antérieurs. La bibliographie doit être à jour, et doit comporter les ouvrages majeurs et les ouvrages récents. Les premiers sont souvent des points de départ ; les secondes indiquent les tendances en cours de la recherche.

 

Chapitre III. Problématique. Le masterant, dans ce chapitre, doit développer la manière dont il a choisi personnellement d’aborder le sujet, en expliquer les raisons, préciser les hypothèses adoptées pour la vérifier, et justifier de la totalité de son travail de recherche théorique ;

 

- Chapitre IV. Étude de cas. Dans ce chapitre, le masterant vérifie par la relation théorie/pratique la pertinence de sa problématique. Il doit expliciter son choix pour l’étude de cas, préciser ses méthodes de travail. Il doit ensuite la mener à bien en démontrant comment cette étude de cas, conforte ou infirme soit partiellement, soit totalement les hypothèses de départ, voire ce qu’en dit la littérature. C’est la vérification concrète de la pertinence de la problématique.

 

- Chapitre V. Synthèse, reprise et élargissement. Ce chapitre fait la synthèse des trois chapitres précédents en présentant la vérification des hypothèses, l’ajustement de la problématique, et comment la recherche débouche sur une nouvelle donne théorique et pratique.

 

Conclusion générale (2 à 3 pages). Elle comporte deux phases : une reprise générale des conclusions partielles de chaque chapitre ; un élargissement vers de nouvelles propositions de recherche, théoriques et pratiques.

 

 

2/ La rédaction de la partie personnelle du projet collectif

 

Cette partie comprend 30 à 50 pages rédigées, hors annexes. Elle s’organise obligatoirement ainsi :

 

- Introduction : reprendre les phases indiquées pour l’introduction du projet personnel.

 

Chapitre 1. Présentation générale du projet, avec indication des sources, de la bibliographie, des méthodes utilisées et une présentation de l’organisation collective du travail et sa justification ;

 

Chapitre 2. Explication de la part faite individuellement dans le cadre du projet collectif : raison du choix, méthode, difficultés rencontrées ;

 

Chapitre 3. Exposer les résultats, la différence entre le projet initial et la réalisation, l’impact attendu ;

 

- Conclusion : reprendre les phases indiquées pour la conclusion du projet personnel. L’élargissement peut comporter des propositions d’amélioration pour la tenue du projet collectif.

 

 

3/ Une introduction générale

 

Cette introduction doit comprendre de 7 à 10 pages. Elle est rédigée suivant le même modèle que les introductions précédentes. Son but : justifier de la cohérence générale du parcours et des projets réalisés dans le cadre du MEM TPTI, depuis l’arrivée en S1 au semestre final. Elle doit envisager tous les aspects : formation théorique, formation pratique, réalisation des divers projets, individuels et collectifs.

 

 

4/ Une conclusion générale

 

Cette conclusion doit comprendre de 5 à 7 pages. Elle s’organise sur le même modèle que les conclusions précédentes. Le but : faire la synthèse générale des travaux, projet personnel et projet collectif. Montrer en élargissement en quoi les compétences acquises déboucheront sur une carrière professionnelle.