Accueil > Université > Division des affaires financières (DAF)

Contact

Division des Affaires Financières (DAF)


Centre Cujas
2, rue Cujas
75005 - Paris
Bureau : 2e étage
Téléphone : 01 44 07 79 47
Fax : 01 44 07 76 95
Courriel : acs@univ-paris1.fr

Division des affaires financières (DAF)

Les missions de la Direction des Affaires Financières

Bien sûr, on veut croire que la LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités) n’est pas seulement une réforme financière et comptable. Il n’en demeure pas moins que les nouvelles responsabilités et compétences élargies engendrent le gonflement du budget et surtout exigent que « notre nouvelle liberté » s’exerce en toute connaissance de cause : l’information financière est la principale source à laquelle les acteurs font appel pour agir à bon escient.

 

De son côté, l’État qui reste le principal pourvoyeur de fonds a besoin de connaître la situation de l’Université, et pour lui aussi, que l’on soit en haut de la montagne Sainte-Geneviève, au ministère de l’enseignement supérieur, ou au bord de la Seine à Bercy, au ministère des comptes publics,une information financière de qualité, et rapidement transmise est indispensable.

 

La gestion traditionnelle budgétaire et comptable des établissements publics ne suffisait pas à fournir des outils de pilotage, des moyens de contrôle, des informations financières fiables. Des efforts conséquents ont été fournis par les universités en général et par Paris 1 en particulier.Ces dernières années, le processus s’est accéléré. Chaque université qui « basculait RCE » (responsabilités et compétences élargies) devait avoir d’abord fait la preuve que le processus de mise en qualité était engagé, et c’était l’objet des audits préalables des inspections générales. Paris 1 s’est plutôt bien sorti de cet exercice et une fois les compétences élargies acquises, un nouveau chantier s’ouvre, complémentaire des précédents, mais encore plus exigeant et surtout assorti d’une échéance et d’une sanction : la certification des comptes par un commissaire aux comptes indépendant,à l’issue de la clôture de l’exercice.

 

On notera avec une certaine satisfaction, que les premières universités qui se sont engagées dans ce processus l’ont fait avec un certain panache,reconnu par la Cour des comptes, les ministères de tutelle, et… les commissaires aux comptes eux-mêmes. Les faits sont là : Les 18 premières universités qui ont « subi » l’épreuve, l’ont réussie avec succès puisque toutes ont vu leurs comptes certifiés. Que ce soit avec plus ou moins de« réserves » dont certaines, et non des moindres ne leur sont pas imputables, ne change rien à la chose essentielle. Nous espérons que Paris 1 fera au moins aussi bien !

 

La principale « production » d’informations financières, émane des services financiers et comptables, qui sont également garants de leur qualité, de leur suivi, et des délais de leur production. De la comptabilité, découle l’essentiel des données de pilotage nécessaire à l’ensemble de l’Université. C’est dans la comptabilité que les ministères extrairont les informations dont la connaissance leur est indispensable.

 

Le rôle de l’agent comptable n’est plus seulement celui d’un contrôleur et d’un payeur. Il y a longtemps que cette mutation a commencé et a été perçue, tout du moins je veux le croire. Il est aussi un conseiller, un animateur de la qualité des flux financiers, un grand communicateur d’information financière, un garant de l’efficience de la gestion publique dans le domaine de la formation, de la recherche et de l’insertion professionnelle qui sont – et l’agent comptable et l’ensemble de son service ne l’oublient jamais – les missions fondamentales du service public « universités ». La comptabilité n’est pas une fin en soi, elle doit être à tout le monde, pour permettre à chacun de mieux s’y retrouver !