X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » History Department (ufr09) » Partenariats et international » Partir étudier à l'étranger

Partir étudier à l'étranger

Partir en mobilité internationale avec l'UFR d'histoire : Quelques principes généraux

 

-     Une mobilité se prépare. Les dates limites de candidatures sont en décembre ou en mars de l’année précédant la mobilité. Il est bon de commencer à y réfléchir bien avant. Les formalités sont parfois longues. ll faut souvent prévoir de passer le TOEFL (pour avoir les résultats au plus tard le jour du dépôt du dossier) ce qui peut s’avérer compliqué.

-     L’ensemble de l’équipe des relations internationales est à votre disposition pour répondre à vos questions, soit les collaborateurs de la maison internationale boulevard Arago (outgoing@univ-paris1.fr) soit le délégué à l’international de l’UFR, François-Xavier Nérard (riufr09@univ-paris1.fr). M. Nérard tient une permanence les lundi après-midi. Il pourra vous recevoir sur rendez-vous uniquement.

-     Les mobilités à l’UFR d’histoire sont d’un semestre.

-     Vous trouverez sur les pages « International » de Paris 1, toutes les infos nécessaires à la constitution de votre dossier.

-     Vous restez inscrits administrativement à Paris 1, les notes obtenues en mobilité comptent dans votre diplôme de Paris 1.

 

 Les étapes d’une mobilité

 

 Avant la sélection

 

 -     Commencez à réfléchir à votre projet. Pourquoi une mobilité ? Comment s’inscrit-elle dans votre projet personnel ou professionnel ?

-     Le délégué de l’UFR est à votre disposition pour réfléchir avec vous dans cette phase : prenez rendez-vous avec lui.

-     Consultez les sites des universités partenaires pour voir leur offre de cours, comprendre ce qui est susceptible, ou pas, de vous intéresser.

-     Vous devez monter un contrat d’études, c’est à dire la liste des cours que vous allez suivre et que vous devrez valider sur place. C’est une phase importante. Ces contrats d’études doivent respecter des principes simples :

-     vous devez valider 30 ECTS en Europe ou l’équivalent de 30 ECTS hors d’Europe (donc le nombre de crédits locaux exigés d’un étudiant pour réussir son semestre : c’est très variable selon les universités).

-     Vous devez en L3 respecter la diversité des périodes historiques. Impossible de prévoir un contrat avec seulement de l’histoire ancienne ou de l’histoire contemporaine.

-     En M1 ou M2, les cours suivis doivent s’inscrire dans votre projet de recherches. Parlez-en avec votre futur (si vous êtes en L3 et prévoyez de partir en M1) ou actuel (si vous êtes en M1 et envisagez de partir en M2) directeur de recherches.

-     Une fois établi, ce contrat doit impérativement être validé par le délégué à l’international. Inutile de déposer un dossier sans cette validation qui ne peut intervenir dans les quelques heures qui précèdent la date-limite (voire l’heure-limite) de dépôt des candidatures ! Attention !

 -     Vous voulez partir hors-Europe (échanges bilatéraux)

-     Il faut s’y prendre tôt. La date limite de remise des dossiers a lieu le 1er décembre de l’année précédant la mobilité

-     Les destinations aux États-Unis et au Canada sont très demandées, et donc difficile à obtenir. Prévoyez un plan B !

-     Faites preuve d’imagination : le monde est vaste !

-     De nombreuses universités réclament le TOEFL avec un score variable entre 70 et 100. C’est une condition obligatoire.

 -     Vous voulez partir en Europe :

-     Nous disposons de 66 accords Erasmus : c’est vaste ! Essayez là encore de ne pas penser une mobilité limitée aux seules capitales ou au Royaume-Uni.

-     De nombreuses universités proposent des cours en anglais, même quand la langue du pays n’est pas l’anglais.

-     Le TOEFL n’est pas exigé en échange Erasmus.

 

- Des commissions de sélection se réunissent en décembre, en janvier et en mars. Ce sont elles qui décident de donner suite ou pas à votre candidature. Le nombre de places disponibles est fixé par les conventions signées entre Paris 1 et ses partenaires. Les critères de sélection sont votre niveau universitaire et linguistique (il faut être capable de suivre les cours et de réussir les examens) et la pertinence de votre projet.

 

Vous avez été sélectionné pour une mobilité

 

-     Votre dossier est géré par les services de la maison internationale.

-     Votre contrat d’études va devenir définitif. Avant votre départ, vous le faites signer par les collègues de l’Université de destination, puis une fois sur place en fonction des cours effectivement disponibles vous pourrez l’amender.

-     Le contrat d’études définitif doit être signé par vous, par l’UFR (donc le délégué à l’international) et par notre partenaire.

-     A la fin de votre mobilité, votre relevé de notes nous est transmis et converti en une moyenne sur 20 qui compte pour votre semestre.

 

 

Réunion organisée le 12 février 2013 à la Maison internationale, suivie d’un pot amical

 

Les bénéfices d’un séjour à l’international

Etudier à l’étranger offre la possibilité d’élargir ses connaissances disciplinaires, en ayant accès à des documents et des spécialistes essentiels à la recherche, et de participer à un réseau scientifique mondial. Cela permet d’améliorer sa pratique d’une langue étrangère, ainsi que de s’initier à d’autres méthodes d’apprentissage et de travail, d’élargir ses conceptions méthodologiques.

 

C’est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle culture plus en profondeur, d’apprendre à établir des relations à l’autre en se faisant de nouveaux amis et d’élargir son carnet d’adresses.

 

Sur le plan personnel, cela requiert de la curiosité, de l’ingéniosité et développe l’ouverture d’esprit, l’adaptabilité. Il faut se prendre en charge, se débrouiller. On y gagne plus d’autonomie, de maturité, de confiance en soi, tout en restant dans un cadre organisé. Des aides financières peuvent être demandées.

 

C’est une expérience qui développe la capacité à prendre des responsabilités, une qualité valorisée par le monde du travail.

 

 

Témoignages d'étudiants

Hocine, Magistère de Relations Internationales et Action à l'Etranger, séjour d’un an à l’université Tufts (2012-2013)

 

" Bonjour ! Je m’appelle Hocine et je suis étudiant en Magistère de Relations Internationales et Actions à l’Etranger de l’Université Paris I. J’ai eu l’incroyable chance de passer une année à l’Université de Tufts, à Boston, de septembre 2012 à juin 2013. La raison pour laquelle j’ai décidé d’étudier à l’étranger était simple : faire des études en relations internationales sans avoir eu d’expérience à l’international ne faisait pas sens. Pourtant les échanges avec la Sorbonne sont nombreux… et le choix ne fut pas facile. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix.

 

Etudier aux Etats-Unis et plus particulièrement à Tufts restera l’une des plus belles expériences de ma vie. En effet, j’ai eu la possibilité de vivre l’expérience « à l’américaine » dans un campus de petite taille tout proche de la ville. Au-delà du pays, c’est surtout un autre environnement, une autre méthode de pensée et un autre système éducatif que j’ai découverts. J’ai énormément appris, aussi bien dans les salles de cours que durant les office-hours avec des professeurs toujours disponibles, mais surtout, j’ai appris de mes camarades américains, et je dirais même du monde entier, car l’une des forces des universités américaines et a fortiori de Tufts, c’est d’avoir plusieurs dizaines de pays représentés. Alors que ce soit en cours ou autour d’un café, les conversations s’enrichissent et vous apprenez autant du pays que des personnes qui le composent. Le choix de partir une année à été difficile mais je pense que j’ai fais le bon choix. Aujourd’hui, je sais que tout ce que l’on voit à la TV n’est pas forcément vrai, certaines idées ont été confirmées (les soirées, la nourriture, les activités sportives, l’attachement très fort à son université), d’autres se sont avérées être fausses (haine des Français, la vie facile, etc…).

 

Finalement, 12 mois paraissent longs et si courts à la fois ! Après une année à Tufts, on revient en France plein de projets, mais surtout on en revient grandi spirituellement et intellectuellement. Aujourd’hui, je peux conjuguer rigueur analytique française et esprit critique américain : a win-win combinaison.

 

Alors à tous celles et ceux qui se posent des questions. Dois-je partir ? Cela vaut-il le coup ? Je répondrai à ces questions par l’affirmative, et croyez bien que les attentes que vous aurez seront largement satisfaites."

 

 

Charles-Antoine Zuber, M2, échange MICEFA à Boston College (premier semestre 2010-2011)

 

" J'ai effectué un échange d'un semestre dans cette université américaine dans le cadre du programme de la MICEFA auquel participe Paris 1. J'étais alors étudiant en M2 de recherche en histoire, et je préparais un mémoire sur l'histoire politique américaine.

 

Dans le cadre de mon travail de recherche, cet échange m'a permis d'accéder à de nombreuses ressources documentaires, aussi bien sur le campus de Boston College que dans des lieux voisins (notamment Massachusetts State Library, Boston Public Library). Mon travail portait sur la vie politique de l'Etat du Massachusetts, et j'ai profité de mon séjour pour consulter de nombreuses sources que j'ai utilisées pour la rédaction de mon mémoire. Une grande partie de ces sources m'était totalement inaccessible en France.

 

Comme j'étais aussi étudiant à temps plein à Boston College, je suivais les cours de l'université. Cela m'a permis de découvrir des méthodes d'enseignement très différentes, mais aussi d'assister à des cours spécialisés dans des domaines qui m'intéressaient. En particulier, l'un des enseignants dont j'ai pu suivre le séminaire est l'un des principaux spécialistes de l'histoire des Irlandais-Américains (un aspect central de mon travail de master).

 

Finalement, ce séjour ne fut pas seulement une chance précieuse pour mon travail et ma spécialisation en histoire nord-américaine. J'ai pu ainsi découvrir la vie d'une université
américaine et de ses étudiants, avec la multitude des activités proposées sur le campus comme en dehors, tout en améliorant bien sûr ma pratique de l’anglais. Et s'il me restait du temps libre, je pouvais toujours en profiter pour faire du tourisme.

 

Le site internet de Boston College :
www.bc.edu