X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » UFR11 - Political sciences » Master 2 Science politique » Parcours Développement et aide humanitaire

Parcours Développement et aide humanitaire

Parcours Développement et aide humanitaire

 

Spécialisation de deuxième année du Master de Science Politique

 


Responsable : Olivier Nay

 

 Présentation :

 

Créé en 1981, ce Master s’inscrit dans l’offre de formation de l’UFR 11 Science Politique de l’Université Paris 1  Panthéon Sorbonne. Le parcours a pour vocation de former des étudiants aux grandes questions de l’aide internationale, couvrant ainsi l’ensemble des activités de solidarité internationale, du développement à l’intervention humanitaire d’urgence.

Les étudiants du parcours se destinent à occuper des responsabilités professionnelles dans les activités suivantes :

·         La supervision, la gestion, l’animation et la coordination de projets de solidarité, allant des missions d’urgence aux activités d’ingénierie sociale et d’encadrement technique.

·         L’administration, l’encadrement du personnel, la communication ou la levée de fonds pour le compte d’organisations publiques ou d’entités privées impliquées dans des programmes d’aide internationale.

·         Des fonctions d’expert, de consultant ou de chercheur spécialisé dans un domaine de l’aide internationale, touchant à la fois les métiers de l’analyse et ceux de l’évaluation. 

Le parcours entend doter les futurs diplômés de connaissances et de compétences pratiques leur permettant d’exercer des fonctions dans une grande diversité d’organisations impliquées dans la programmation, le financement, l’acheminement, la mise en œuvre et l’évaluation de l’aide internationale : organisations non gouvernementales (ONG), ministères couvrant la coopération et l’intervention d’urgence, agences techniques de l’aide, collectivités territoriales, institutions européennes, fondations philanthropiques, associations de solidarité internationale, système des Nations unies, institutions financières internationales, secteur privé, partenariats public-privé, cabinets d’expertise, médias et audiovisuel extérieur.

L’originalité du parcours est de proposer une offre de formation diversifiée et ouverte. L’équipe pédagogique est composée d’universitaires et de praticiens dotés de solides expériences de terrain et de responsabilité d’encadrement. Le Master privilégie une approche transversale et généraliste qui n’exclut pas d’éventuelles spécialisations ultérieures. Sans négliger les « savoir-faire », l’accent est mis sur les « savoir-comprendre » et les « savoir-être ». Le lien entre la compréhension et l’action structure l’ensemble de la formation.

La formation s’appuie sur deux types de séminaires :


·         Les séminaires généraux ont vocation à aider les étudiants à acquérir une connaissance théorique générale couvrant les grandes problématiques de l’aide (histoire et actualité des politiques de l’aide). L’objectif est d’aider les étudiants à se doter d’une capacité d’analyse critique leur permettant de se forger leur propre compréhension des pratiques de développement et de leurs évolutions récentes. Ces séminaires s’appuient notamment sur le savoir des sciences sociales.

·         Des séminaires spécialisés donnent un éclairage thématique, souvent plus technique, sur des domaines centraux de l’aide (ex : santé globale, climat, genre) ou des types d’activité professionnelle (ex : gestion de projet, coopération décentralisée, responsabilité sociale des entreprises, communication). Un séminaire spécialisé couvre une zone géographique (Afrique et Méditerranée)


Le parcours est particulièrement sélectif puisque plus de 500 candidatures y sont déposées chaque année. Chaque promotion regroupe environ 40 étudiants choisis parmi des profils variés.  Une partie des étudiants ont une formation préalable en sciences sociales (science politique, droit, communication, sociologie, anthropologie, économie et gestion, histoire, géographie, langues). D’autres sont diplômés en médecine ou études paramédicales. D’autres encore proviennent d’écoles d’ingénieurs, de commerce, de journalisme, d’architecture ou d’Instituts d’Etudes Politiques. Le parcours est aussi ouvert à des professionnels en congé individuel de formation ou au titre de la VAE. Peuvent y postuler des candidats aux compétences variées, issus des milieux de la solidarité internationale, désireux soit de changer d’orientation soit d’acquérir des éléments d’analyse critique qui manquent dans leur milieu professionnel. Enfin, la présence importante d’étudiants étrangers favorise la diversité culturelle et stimule les échanges au sein des promotions.

Pour les étudiants s’orientant vers des carrières techniques ou opérationnelles, l’année d’étude se termine par la réalisation un stage professionnel de 6 mois au sein d’une organisation spécialisée dans l’aide internationale. La vocation du stage est d’être à la fois l’occasion d’acquérir un savoir technique, de découvrir un milieu professionnel et de se construire un réseau qui sera essentiel à la recherche d’emploi. Pour les étudiants se destinant aux métiers de l’expertise, de l’analyse et de la recherche, l’année d’étude sera ponctuée par la réalisation d’un mémoire de recherche soutenue devant un jury universitaire.

 

Débouchés :

ONG, associations de solidarité internationale, organisations internationales, institutions financières internationales, institutions européennes, administrations nationales, collectivités territoriales, fondations privées, entreprises, cabinets d’expertise ou d’évaluation, medias spécialisés.

 

Pré-requis :


Le diplôme accueille en priorité les étudiants provenant des filières de science politique et des IEP, ainsi que des sciences humaines et sociales (sociologie, histoire, etc.) diplômes en médecine ou études paramédicales ayant validé au moins un bac+4. Pas de limite d’âge, reprise d’études acceptées.
Accessible aux étudiants ayant des diplômes étrangers niveau Master'degree.


Organisation :


Le déroulement du parcours s’étend sur deux semestres. Le premier permet d’allier les enseignements théoriques aux enseignements dispensés par des professionnels.
Le deuxième semestre est quant à lui consacré à la poursuite d’un stage de fin d’études de 6 mois ou à la rédaction d’un mémoire de recherche.
Candidature  :  Admissibilité sur dossier, admission sur entretien.

 
Effectifs : 40