X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » Cetcopra » Enseignements

Contact

Secrétariat du CETCOPRA

17, rue de la Sorbonne
Bureau D303, Esc. C - 1er étage
75005 Paris
tel: 01 40 46 28 37

Centre de recherche

17, rue de Tolbiac
Bureau D303 - 5ème étage
75013 Paris
tel: 01 45 86 44 48

 

Opens window for sending emailcetco@univ-paris1.fr

Enseignements

Master Recherche Socio-anthropologie des techniques: Le Cetcopra participe à la spécialité Philosophie et société du Master de philosophie de l’Université Paris 1, où il a la responsabilité d’un parcours.

Master 1 : Séminaire, placé sous la responsabilité de Sophie Poirot Delpech
Il propose une relecture des textes fondateurs de la sociologie française « issue » du positivisme comtien (Auguste Comte,  Alfred Espinas, Durkheim lui-même, Mauss et Halbwachs) pour saisir quelle est la considération de la technique dans la construction du projet sociologique d’inspiration durkheimienne. Il aborde la postérité dissonante de Marcel Mauss à travers des auteurs plus contemporains : André Leroi-Gourhan, Claude Lévi-Strauss,  Georges Balandier ou  encore Jean Duvignaud.

Master 2 : Séminaire de « Philosophie sociale » sous la responsabilité de Xavier Guchet.

-        Programme 2008. « Qu’est-ce qu’un dispositif ? ».

-        Programme 2009. « Introduction à l’anthropologie d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) 

-        Programme 2010. « Leroi-Gourhan et la philosophie ».

-        Programme 2011. « Le vital, le technique, le social ».

-        Programme 2012 « Corps surveillés, corps tracés »

Si la trace semble avant tout nous rattacher au passé, si elle apparaît d’abord comme ce qui contribue à la possibilité d’une mémoire et d’une histoire, force est de constater qu’elle est désormais aussi ce à partir de quoi nos sociétés organisent leur présent et se projettent dans l’avenir. La « traçabilité » généralisée s’impose en effet comme une exigence de portée économique, sociale et politique majeure : traçabilité des vivants, humains ou non, traçabilité des marchandises, traçabilité des communications, traçabilité des maladies. Le cours propose dans un premier temps une élaboration philosophique du concept de trace. Dans un second temps, on analysera cette importance accordée aux traces dans nos sociétés au travers de deux de ses manifestations actuelles : le développement des techniques d’identification électronique (biométrie, puces Rfid) et le développement depuis une dizaine d’années de la médecine dite « personnalisée » (Personalized Medicine), fondée sur un nouveau genre de traces : les biomarqueurs. Deux manières très différentes pour les corps d’être surveillés et tracés, mais en filigrane une même constatation : la transformation des processus de l’individuation psychique et collective dans nos sociétés, ceux-ci prenant désormais appui, non pas sur la simple découverte, mais littéralement sur la fabrique, la capture, le stockage, l’interprétation et la manipulation de traces. On tentera dans le cours de caractériser ces nouveaux processus d’individuation fondés sur les traces, en en évaluant la signification et la portée.

 

Bibliographie sommaire (la bibliographie sera complétée à la rentrée)

BENJAMIN W., Paris, capitale du XIXe siècle : Le livre des passages, Paris, Editions du Cerf, 1997 (3e édition)

DERRIDA J., De la grammatologie, Paris, Editions de Minuit, 1967

GINZBURG C., « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », in Mythes, emblèmes et traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180

LEVINAS E., « La Trace de l’autre », in En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris, Vrin, 2012

 

 

Master 2 : Séminaire « Socio-anthropologie des techniques »,  sous la responsabilité de B. Bensaude Vincent. Il fonctionne comme un authentique séminaire de recherche en ce sens qu’il mobilise une grande partie de l’équipe du Cetcopra et requiert une participation active des étudiants, des lectures à chaque séance

-        Programme 2010 : Approches de la notion de technoscience .

-        Programme 2011 : Les buzzwords de l’innovation en technoscience

-        Programme 2012 : Innovations techniques, régimes de temporalité et durabilité

Quoique galvaudée et hautement problématique, la notion de « développement durable » a au moins le mérite de mettre au cœur de l’actualité la question du temps des techniques, de leur inscription dans l’histoire humaine comme dans l’histoire de la nature.

L’objectif de ce séminaire est d’explorer les régimes de temporalité liés aux innovations techniques et leur inscription dans nos manières d’ordonner l’expérience du temps. Il conjuguera deux perspectives.

D’une part, on posera la question: comment les sociétés techniciennes ont-elles articulé le passé le présent et le futur ? De la vision d’un progrès vers le toujours plus, toujours mieux à la vision d’une catastrophe à venir, on analysera la construction de ces « paysages de temps » en  s’appuyant sur les textes d’auteurs tels que Mumford, Anders, Jonas et Jean-Pierre Dupuy.

D’autre part, on examinera les temporalités propres à quelques objets techniques à partir de quelques études de cas  (plastiques, ordinateurs, produits chimiques, déchets nucléaires, etc). En s’appuyant sur quelques textes (Arendt, Serres, etc) on insistera sur l’hétérogénéité des temps multiples dans lesquels s’inscrivent les objets techniques. L’objectif est de cerner les défis qu’ils posent.

Ce séminaire (qui débute le 17 septembre) est ouvert à tous les étudiants de master 2 (Philosophie, Histoire, entre autres) de l’Université Paris 1, ainsi qu’aux étudiants du Master du Centre Alexandre Koyré et d’autres établissements, sur demande.

 

Master 2 professionnel ETHIRES

Ce master forme les étudiants à la consultation philosophique.

2012 : Cours du M2, Ethires : Nature, techniques, société. X. Guchet

Intitulé du cours : L’invention et la règle

Argumentaire :

Il n’est probablement pas exagéré de dire que toute grande pensée sociologique a voulu rendre compte du fait qu’en se donnant des règles, les sociétés humaines ménagent aussi la possibilité de les transgresser – c’est-à-dire d’inventer du nouveau. Comment décrire cette puissance d’invention qui vient creuser les sociétés de l’intérieur, dans le jeu même des règles qu’elles font fonctionner ? Et comment rendre compte du fait qu’en adoptant un comportement réglé, nous faisons autre chose que simplement suivre des règles ? Le cours de cette année essayera de démêler ces rapports énigmatiques de la règle, du comportement réglé et de l’invention dans les sociétés humaines. On s’intéressera tout particulièrement aux auteurs, sociologues, anthropologues ou philosophes, qui ont insisté sur le rôle essentiel des techniques dans ce jeu dialectique de la règle et de l’invention. Cela nous amènera à examiner diverses approches contemporaines de la technique, tout spécialement celles qui relèvent que ce que l’on appelle depuis une quinzaine d’années le « tournant empirique » (empirical turn) en philosophie de la technique : on trouvera précisément, dans cet intérêt philosophique renouvelé pour les techniques, une reprise du problème des rapports entre la règle et l’invention dans les sociétés humaines.
 

Séminaires doctoraux

Les doctorants du Cetcopra ont co-organisé les séminaires doctoraux suivants :

-        Junior Research Workshop on Emerging Technologies réunissant les doctorants travaillant sur des technologies émergentes du Pr Ulrike Felt (Université de Vienne, Autriche) et ceux du Cetcopra ou de Paris Ouest inscrits avec B. Bensaude Vincent. Cinq doctorants de Paris ont ainsi présenté leurs travaux et échangé leurs problématiques avec les doctorants de l’Institut für Wissenschafttheorie de Vienne.

-        Premières journées doctorales de Philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 20, 21, 26 et 27 mai 2011 (Raphaël Koster).