X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil > Université > Actualités

Actualité détaillée

Journée d'étude "Spinoza et l'enfance"

samedi 3 juin 2017

 

Organisée par Pascal Sévérac et Chantal Jaquet

Avec la collaboration de Julien Gautier (revue Skholè)

 

Avec le soutien du LIS (UPEC), du CHSPM (Paris 1) et du CERPHI (ENS de Lyon)

 

 

Le samedi 3 juin 2017
à l’université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

Salle Cavaillès (9h15-18h)

 

 

Entrée gratuite.
Prière de s'inscrire auprès de Lucia Hernandez à l'adresse suivante:
Philo-Recherche@univ-paris1.fr

 

 

La question de l’enfance occupe dans la philosophie spinoziste une place paradoxale. Elle n’est pas une thématique très présente dans l’ensemble du corpus (et dans l’Éthique seuls quelques scolies l’évoquent), et en même temps le propos spinoziste sur l’enfance est toujours marquant et déroutant : la figure de l’enfant (infanspuer et même adolescens) n’est certes pas, chez Spinoza, une figure très positive (il est ignorant, il est le jouet d’illusions, il est soumis au plus haut point aux causes extérieures) ; mais elle est toujours l’occasion d’observations, voire d’analyses, originales et suggestives – sur la formation de l’imagination, sur le rôle de l’admiration, sur la force de l’imitation, sur les formes de la mort, sur les voies de l’éducation… À tel point que le grand livre de François Zourabichvili, Le conservatisme paradoxal. Enfance et royauté chez Spinoza (PUF, 2002), affirme que l’enfance a « hanté » la philosophie spinoziste qui, au XVIIe, en donnerait une image complètement neuve.

 

Nous voudrions, dans cette journée d’études, rouvrir le dossier de l’enfance chez Spinoza, non seulement à partir de ce qu’il en dit explicitement, mais aussi à partir de ce qui peut en être conclu de son ontologie, de sa psychologie, de son éthique ou de sa politique. Et si toute la philosophie de Spinoza, qui dès le Traité de la réforme de l’entendement affirmait la nécessité d’élaborer une « science de l’éducation des enfants [doctrinæ de puerorum educatione] », était au fond une réflexion véritable sur le développement affectif et cognitif de l’enfant ?

 

Initiates file downloadLe programme détaillé