X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil > Université > Actualités

Actualité détaillée

Exposition "La découverte..." - dans l'œil d'Ernest Bourgarel

A partir du 12 octobre

"La découverte de l'autre - dans l'oeil d'Ernest Bourgarel - Voyages d'un diplomate français dans la Colombie du XIXème siècle" Exposition photographique du 12 octobre au 25 novembre 2017 - Centre Panthéon.

 

Un événement réalisé dans le cadre de l'Année France-Colombie, en collaboration avec l'Institut français, le Ministère des Affaires Étrangères et l'Association Ernest Bourgarel. Avec l'aimable soutien du service de la logistique, de la reprographie, des relations internationales et de la communication de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cette exposition se déroule en résonance avec celle réalisée au musée de Bogota dans le cadre de la biennale internationale de photographie de la ville (Fotográfica Bogotá).
Commissariat de l’exposition : Charles-Henry Dubail et Marie-Claude Dubail-Acero, association Ernest Bourgarel - Yann Toma, Professeur des universités en art plastiques et sciences de l'art, directeur du programme Fabrica Memoriae (Art&Flux /ACTE) - Anne-Laure Gimenez, architecte, scénographe - Mathieu Legrand-Losfeld, graphisme.

Fabrica Memoriae est une initiative scientifique visant à révéler au grand public des fonds disparus et oubliés à une période de mutation accélérée de la société contemporaine. Si les services d’archives accomplissent souvent une étude considérable de recollement et d’inventaire, par manque de temps ou de financements, les fonds d’archives restent majoritairement ignorés. 

 

Tel est le cas, par exemple, des archives du fonds photographique de l'ambassadeur Ernest Bourgarel dont l’analyse nous apparaît comme décisive pour envisager la redécouverte des campagnes colombiennes. 

 

Né en 1850, Ernest Bourgarel a été ministre plénipotentiaire et envoyé extraordinaire à Bogota de 1897 à 1900. Au cours de ces années en Colombie, Ernest Bourgarel noue des liens étroits avec le ministre des affaires étrangères du pays, Louis Saenz de Santamaria, dont il épousera la fille Dolores par la suite. Il est également très proche de plusieurs personnalités locales, à commencer par le héros national José-Jéronimo Triana. Ces relations lui permettront d’être introduit très vite dans la société colombienne. Dans le cadre de sa mission, Ernest Bourgarel doit rendre visite aux agents consulaires dispersés dans les différentes provinces de Colombie. Il souhaite aussi valoriser la diversité et la richesse potentielle du pays, qui vient d’achever la guerre des 1000 jours. Enfin, il entend favoriser le rapprochement culturel, économique et politique entre la Colombie et la France. Pour toutes ces raisons, il entreprend un grand voyage sur le territoire colombien. D’Antioquia à Cauca en passant par Tolima, Ernest Bourgarel multiplie les photos et les notes dans ses carnets de voyages colombiens. À la différence de la majorité des explorateurs de l’époque, plus préoccupés à se mettre en scène sur leurs photos qu’à y montrer l’environnement qu’ils traversent, le diplomate prend des clichés des habitants, qu’ils soient notables ou paysans, ainsi que des paysages, que ce soit en ville ou à la campagne. Ces travaux constituent un précieux témoignage de ce qu’était la Colombie à la fin du XIXème siècle. Ils sont aujourd’hui encore presque intacts : les photos sont ainsi d’une rare qualité, et ce grâce à leur conservation à l’abri de la lumière. Elles présentent par ailleurs un intérêt artistique et plastique puisqu’elles ont été prises selon des méthodes propres à cette époque (poses, focale, recul, arrières-plans, cadrages…). Marie-Claude et Charles-Henry Dubail, les descendants d’Ernest Bourgarel, ont donné l’ensemble de ses images photographiques, carnets de voyages et écrits aux archives du ministère des affaires étrangères français en 2013. Ils ont également collaboré avec l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Équipe Arts&Flux, Institut Acte/UMR8218) pour Fabrica Memoriae.

 

Un réel travail de mise en lumière de ce fonds a été envisagé au côté du Ministère des Affaires Étrangères. Classer, répertorier, analyser mais aussi créer, inventer, découvrir et innover par un regard singulier sur le monde, sont autant d’actions et de pratiques qui se renouvellent constamment. Notre objectif est de partir de cas particuliers, de fonds inédits d’archives, comme celui présenté dans le cadre de cette exposition. Il s’agit pour nous de montrer, à l’aide de recherches scientifiques précises et de créations artistiques ciblées, l’intérêt tout particulier que revêtent ces archives dans l’élaboration des interconnexions de la Colombie de demain.

Opens external link in new windowVisitez la page de l'exposition

 

L'équipe de Fabrica Memoriae est composée de chercheurs universitaires, d'artistes chercheurs et de spécialistes des archives oubliées. Ils sont réunis dans le cadre d'Art & Flux (Institut ACTE/CNRS) et de partenariats ouverts auprès de différents contributeurs éclairés. Les membres contribuent par leur expertise, réflexion, voire parfois création. Le 14 novembre prochain, à l'occasion du Colloque international "La Colombie Aujourd'hui", quatre artistes dévoileront des oeuvres en résonance directe avec le fonds Ernest Bourgarel.

 

Domaine scientifique : Arts plastiques / Histoire de l’art. Lieu : Centre Panthéon - Galerie Soufflot Haute (premier étage) - 12, place du Panthéon - 75005 Paris.

 

Responsable scientifique:
Yann Toma (Artiste, Pr., Art & Flux, Paris 1/UMR ACTE)

 

Site internet dédié : www.fabricamemoriae.org
Publication : Dubail C.H.-Acero M.C., Bourgarel, le Colombien : Voyages d'un diplomate français dans la Colombie du XIXe siècle - Editions Edisens, Paris, 2017.