X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil > Université > Organisation administrative > Direction générale des services (DGS) > Mission référent défense > Actualités et liens

Actualités et liens

PRIX  «MEMOIRES ET PATRIMOINES DE GUERRE »

 

 

PRIX  Le jury composé de trois membres de l’association  Le Souvenir Français et de trois membres de l’Institut des Etudes sur la Guerre et la Paix  a remis, le mardi 22 septembre 2015, les prix « Mémoires et Patrimoines de Guerre » aux lauréates 2015. Suite à un examen minutieux des thèses et mémoires soumis et anonymisés, le jury a notamment retenu comme critères de sélection, la qualité de l’apport scientifique du document et l’originalité de la méthode adoptée pour traiter le sujet.

 

PRIX  Le prix de thèse a été attribué à Ariana Macaya Lizano, thèse intitulée « Histoire, mémoire et droit : les usages juridiques du passé », réalisée sous la direction de monsieur le professeur Michel Verpeaux, soutenue en Droit public et fiscal à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 

Ses travaux de recherche portent essentiellement sur la polémique relative aux lois mémorielles en France, notamment sur les dérives de ce qu’elle nomme le prétendu devoir de mémoire face à la quête de la mémoire passée, qui permet à une société de faire face à son passé, y compris à ses épisodes les plus troublants. Ariana Macaya Lizano illustre et relativise les risques d’une intervention accrue du juridique dans les domaines historiques et mémoriels. Elle montre en quoi le droit participe à l’organisation du passé comme un cadre possible de la mémoire collective, et valorise ainsi le triptyque histoire-mémoire-droit.

 

 

Le prix de master 2 a été attribué à Tali Gai, pour son mémoire intitulé « L'Histoire déplacée: l'inquiétant retour du passé », réalisé sous la direction du professeur Miguel Egana, soutenu en Arts plastiques à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 

L’artiste a créé un site internet qui présente ses œuvres (www.taligai.com). La critique d’art, Pauline Lisowski décrit l’œuvre de Tali Gai somme suit : « La recherche plastique de Tali Gai naît d’une rencontre avec des lieux qui marquent l’esprit et incitent à un quête. Ses œuvres, aux multiples couches temporelles, font resurgir les profondeurs du passé.
A partir de photographies trouvées, marquées par le temps, témoignages du passé, l’artiste développe un travail graphique et pictural. Elle en cache des parties, en révèle d’autres. Elle les pousse ainsi à la limite créant un décombre, où peut émerger un futur événement. Dans la matière picturale, là où le blanc et le noir se rejoignent, apparaissent de subtiles nuances colorées. Un mirage surgit. Un autre paysage apparaît. Comme des taches de rorchach, ces formes ouvrent un espace de projection, une image mentale. Le spectateur se plonge dans un inquiétant abîme temporel. Cette métamorphose de l’image crée un trouble, une ambiguïté. D’une représentation, la photographie devient alors signe et livre les failles du passé enfoui et l’image apparaît comme symptôme des paradoxes de l’histoire.


Peintre qui crée des images, Tali Gai accentue également la force de son travail en explorant, par un jeu d’assemblage, la mise en espace de ses œuvres et l’accrochage de ses toiles. Chaque peinture est peinte sur plusieurs toiles et permet, tel un puzzle, plusieurs combinaisons possibles. Ce qui ouvre de nouveaux récits. Le vide formé, point de mire entre chaque toile évoque un trou, une blessure. En dédoublant les images d’archives, et par le dessin, l’artiste aboutie à une nouvelle image abstraite, complexe. Un sentiment d’inquiétante étrangeté apparaît. Par ce jeu de décomposition, recomposition, Elle souligne la double vie des constructions de l’histoire et interroge l’absurdité des rôles dévolus à certains lieux, symboles d’un fait passé.


Aussi bien dans les sujets représentés, dans les formes peintes, que dans le dessin, en miroir, dédoublé, répété, s’expriment la résurgence des faits historiques et les troubles qu’ils produisent sur notre perception des territoires.


Si ses œuvres proposent une réflexion sur la force de l’image photographique, Tali Gai témoigne également de la relation corporelle et émotionnelle au contact des lieux marqués par le trauma d’une histoire qui se répète. De ses explorations des sites, elle recherche la source du passé, là où l’histoire se réécrit. En allant au plus profond creuser et rajouter des couches à l’image, telle une archéologue, elle fait remonter les non-dits cachés des lieux. Elle met ainsi en évidence notre besoin de réactiver l’histoire. La photographie, objet qui nous rattache à un événement, met en lumière un éternel retour de l’histoire. L’artiste, dans cette quête, touche ainsi à la fois la mémoire collective et la mémoire individuelle. »

 

Actualités

 

      

La Réserve militaire

 

Chaque citoyen français peut s’engager volontairement dans la réserve s’il vérifie les conditions suivantes:

* être dégagé des obligations du service national (JAPD),

* avoir 17 ans au moins,

* ne jamais avoir été condamné soit à la perte de droits civiques ou à l’interdiction d’exercer un emploi public, soit à une peine criminelle, soit à la destitution ou à la perte du grade dans les conditions prévues par le code de justice militaire.

* être reconnu médicalement apte à servir.

 

Le rôle des réservistes aujourd’hui :

* renforcer les capacités des forces armées

* entretenir l’esprit de défense

* contribuer au maintien du lien entre la nation et ses forces armées

 

 

Il existe deux types de réserve (données 2013, Ministère de la Défense) :

 

- la réserve militaire opérationnelle :

Elle comprend 56 262 réservistes  et 115 747 anciens militaires (soumis à l’obligation de disponibilité pendant 5 ans après leur départ en retraite).

La réserve opérationnelle est composée de volontaires, sélectionnés pour leurs compétences et leur disponibilité en fonction des postes disponibles. Ils signent un contrat (engagement à servir dans la réserve ESR) dont la durée, qui peut aller de 1 à 5 ans, est fixée par l’autorité militaire selon les besoins et la disponibilité du réserviste. Ils sont totalement intégrés aux unités militaires et remplissent les mêmes missions que leurs camarades d’active ; ils bénéficient, pendant leur période de réserve, du même statut. Le rôle de cette réserve est de renforcer les unités d’active, en particulier lors des pics d’activité (crises, OPEX, événements exceptionnels).

 

- la réserve militaire citoyenne :

Elle comprend 3 464 bénévoles du service public.

La réserve citoyenne (RCIT) est composée de volontaires bénévoles, agréés pour une durée limitée par l’autorité militaire en raison de leurs compétences, de leur expérience et de leur intérêt pour les questions relevant de la défense ou de la sécurité nationale. Ils sont employés pour le rayonnement des armées et de la gendarmerie dans la société civile, la promotion de l’esprit de défense et l’apport de compétences spécifiques au profit de leurs employeurs militaires.

 

Le 15 Janvier 2015 notre Université a signé avec le Ministère de la défense et des anciens combattants une convention qui assure au ministère notre soutien dans sa politique de développement de la réserve militaire. Pour cet engagement notre université a reçu, par arrêté ministériel, le label "Partenaire de la défense nationale". Nous sommes la première université à bénéficier de ce label.

 

Vous pouvez, sur simple demande auprès des VP du CFVU, en me mettant en copie, obtenir l’autorisation d’apposer le logo de ce label sur vos projets de recherche ou programmes de séminaires ou colloques. Il ne peut pas être utilisé pour des dossiers de réponse à des appels d’offres.


 

Prix de THESE et Prix de Mémoire de MASTER 2

 

"MEMOIRES ET PATRIMOINES DE GUERRE"

 

Le Souvenir Français, avec le concours de l’Institut des Etudes sur la Guerre et la Paix en Sorbonne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), a décidé de mettre en place deux financements d’aide à la recherche sous la forme d’un prix de thèse et d’un prix de master sur la thématique des « Mémoires et Patrimoines de Guerre ».

 

Les prix ont pour objet d’encourager des étudiants inscrits dans des universités françaises ou des chercheurs  travaillant en langue française et traitant de sujets relatifs aux « Mémoires et Patrimoines de Guerre », principalement dans le cadre de la France métropolitaine et d’outre-mer (y compris les anciennes colonies), sans exclure les perspectives internationales, transnationales voire comparatives. Les recherches récompensées pourront avoir été menées dans toutes les disciplines concernées par la thématique « Mémoires et Patrimoines de guerre ».

 

Le mode de traitement de ces thématiques doit répondre aux critères suivants :

- qualité de la démarche scientifique ;

- originalité de la recherche ;

- une approche théorique et critique d’une part ou concrète et opérationnelle d’autre part, ces deux dimensions n’étant pas exclusives l’une de l’autre et pouvant s’enrichir mutuellement ;

- un cadre de référence international si le sujet s’y prête ;

- l’ouverture à une démarche transdisciplinaire sera appréciée.

 

Il est décerné un seul prix par Le Souvenir Français par chercheur.

Chaque prix est honoré d’un montant de 1 000 euros pour le prix de Thèse et 500 euros pour le prix de Master 2.

 

Les prix décernés par Le Souvenir Français en partenariat avec l’Institut des Etudes sur la Guerre et la Paix sont attribués par un jury de six membres : trois membres désignés par le conseil d’administration du Souvenir Français et trois membres désignés par le comité scientifique de l’Institut des Etudes sur la Guerre et la Paix.

 

Peuvent concourir au prix 2016, les auteurs de mémoires de Master 2 et de Thèses soutenus entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2015. Les auteurs ne peuvent présenter leur production scientifique qu’une seule année.

 

Les résultats seront transmis par mail à chaque candidat, puis mis en ligne sur le site de l'institut des études sur la guerre et la pais en Sorbonne, et sur le site du Souvenir Français.

 

Contact : sgiegp@unv-paris1.fr

 

   


 

 Grades de l'Armée française

  

 

  


Prix Armée de l'Air

Centre d’études stratégiques aérospatiales, CESA

 

Chaque année, l’armée de l’air récompense un ou deux mémoires de master et une thèse doctorale qui traitent de sujets qui intéressent directement l’aéronautique.

Ces sujets peuvent relever de l’histoire, de la géographie, de la géopolitique, du droit, des sciences…

Les prix « armée de l’air » 2016 récompenseront des travaux menés et soutenus en 2015. C’est pourquoi, tous les étudiants qui souhaitent poser leur candidature sont invités à transmettre leur dossier avant le 31 décembre 2015 à l’adresse suivante :

 

Ecole militaire

A l’attention du lieutenant Fabrice Lecourt

Centre d’Etudes Stratégiques Aérospatiales (CESA)

1, Place Joffre – Case 43

75700 PARIS SP 07

cesa@armeedelair.com

http://www.cesa.air.defense.gouv.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=95&Itemid=160

 

Pour toute question complémentaire, se tiennent à votre disposition :

-           Le commandant Jean-Christophe Pitard-Bouet  (Chef de la Division Etudes et Rayonnement), 01.44.42.83.94, jean-christophe.pitard-bouet@intradef.gouv.fr

-           Le lieutenant  Fabrice Lecourt, (Chef du Service rayonnement), 01.44.42.80.54, fabrice.lecourt@intradef.gouv.fr

 


 

Prix Amiral Daveluy

Centre d'Etudes Supérieures de la Marine, CESM 

 


Comme chaque année, la Marine nationale organise, via le Centre d'études supérieures de la Marine, le prix Amiral Daveluy, destiné aux étudiants de master et de doctorat.

Ce prix, créé par le chef d'état-major de la Marine, vise à récompenser les travaux universitaires ayant un lien avec le domaine maritime et naval.

Il comporte deux catégories : l'une en sciences humaines (droit, histoire, géopolitique.), l'autre en sciences de l'ingénieur (techniques navales, biologie marine, océanographie.).

Il récompense jusqu'à deux mémoires et une thèse dans chacune de ces catégories. 1000 € pour chacun des mémoires, 3000€ pour chacune des thèses. De plus, les travaux sélectionnés sont publiés numériquement par le CESM.

Travaux à remettre sous forme informatique à prix.daveluy@cesm.fr avant le 31 janvier 2016.

Informations détaillées à l'adresse :http://cesm.marine.defense.gouv.fr/prix-daveluy/presentation-du-prix-daveluy/presentation-du-prix-daveluy

Contact : 01.44.42.56.72.

 

D'autre part, le CESM organise régulièrement des conférences thématiques. 

Programme détaillé disponible à l'adresse :  http://cesm.marine.defense.gouv.fr

Chaque mois, le CESM vous offre également un numéro des "Brèves Marines" qui vous offre un point de vue à la fois concis et argumenté sur une thématique marine d'actualité.

 


   

Prix scientifiques de l'IHEDN 

Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale

 


Les prix scientifiques de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) ont pour but de mettre en valeur la recherche consacrée aux questions de défense, de sécurité, de relations internationales, d’armement et économie de défense.

Ils permettent également de favoriser les liens entre l’IHEDN, le monde universitaire et la recherche.

 

Créés en 1998, ils récompensent chaque année des chercheurs en master II recherche et en doctorat, dont les travaux, soutenus dans l’année, font progresser les connaissances dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Contact :

Lieutenant-colonel,  Marie Dominique Charlier

Chef du bureau des études et de la recherche,du département de la formation, des études et de la recherche
marie-dominique.charlier@ihedn.fr

http://www.ihedn.fr/?q=prix-scientifiques

 


 

 

 

 

Programmes de soutien financier aux doctorants 

 

 

Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale

 

Vous trouverez toutes les informations détaillées à l'adresse suivante : http://www.ihedn.fr/?q=content/programme-de-soutien-financier-aux-doctorants


Quelques dates clés :


 

 


Liens :

 


Lectures proposées :

Infoveilles : http://www.dems.defense.gouv.fr/cdem/veille/infoveilles/

La vigie : https://www.lettrevigie.com

 

&