X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1

Accueil > Formations > Offre de formation


Fiche diplôme

Sciences Humaines et Sociales

Master 2 Indifférencié Crises : interventions d'urgence et actions de développement (FI/FC)

Domaine : Sciences Humaines et Sociales
Mention : Etudes du développement
Parcours / Spécialité : Crises : interventions d'urgence et actions de développement

Depuis le début des années 90, marqué notamment par la disparition de l'URSS, de nombreuses crises ont surgi ou se sont développées sous des formes nouvelles. Il en résulte une évolution des interventions de la communauté internationale, tant du point de vue des acteurs et de leurs relations (diplomatie, forces armées, organisations non gouvernementales) que des modes d'intervention (urgence, reconstruction, développement, médiations et actions de paix).
La spécialité de Master  « Crises : interventions d'urgence et actions de développement » créée en 2005 répond à la nécessité - perçue de plus en plus nettement par les Organisations internationales et nationales, par les ONG et par les entreprises - de recruter des cadres capables de concevoir et de conduire des actions dans la complexité des situations de crise.

Objectif du diplôme : La spécialité « Crises » vise la formation d'experts, de consultants, de cadres appelés à travailler dans des institutions internationales, nationales, des collectivités territoriales ou des organisations non gouvernementales menant des programmes d'action d'urgence, de post-urgence et de développement dans des situations de crise et de fin de crise.
Ces crises peuvent résulter de conflits internationaux ou de guerres civiles, mais également de catastrophes naturelles ou de causes économiques et sociales : famines, déplacements massifs de populations, déliquescence de l'État, chocs économiques externes.
Diagnostiquer les différents aspects de la crise, identifier les ressources existantes pour y répondre (internes ou externes), trouver les moyens de les mobiliser (projet collectif, médiateurs...), reconstruire, « réparer » et réorganiser, pour prévenir la résurgence des crises : à toutes ces étapes correspondent des savoirs et des modes d'action qui font l'objet de cette formation.
Il est aujourd'hui admis que les pratiques, les cadres d'analyse, les procédures (définition des interventions et ciblage des financements) des interventions d'urgence doivent se combiner à d'autres types d'actions de développement afin de contribuer à la reconstruction des sociétés locales frappées par des crises (catastrophes naturelles, crises économiques, sociales et politiques ...). Cette spécialité met l'accent sur la nécessité d'aborder les contextes d'interventions, qui apparaissent délités et désorganisés, en mettant l'accent sur le renforcement de la capacité des pays et groupes sociaux vulnérables à tirer le meilleur parti de leurs capacités, de leurs ressources et des possibilités qui leur sont offertes. En effet, la réflexion repose ici sur une conception du développement selon laquelle celui-ci ne saurait se réduire à la simple exportation de modèles économiques et culturels occidentaux non articulés aux réalités locales.
C'est la raison pour laquelle la spécialité  « Crises : interventions d'urgence et actions de développement » inscrit sa problématique dans l'articulation entre actions d'urgence, ("humanitaires" ou non), et programmes de réhabilitation-développement. Elle vise à contribuer au renforcement des compétences professionnelles et des capacités d'innovation des organismes et institutions chargés de concevoir et de mettre en oeuvre ces programmes en privilégiant une capacité à comprendre les différentes facettes des situations de crise d'une part et à saisir les dynamiques et des relations sociales qui organisent les acteurs qui sont l'objet de ces actions pour les accompagner dans ces dynamiques d'autre part.
Par sa nature même, le domaine du développement appelle une approche pluridisciplinaire et, dans bien des cas, transdisciplinaire. Toutes les disciplines des sciences sociales sont concernées : sociologie, anthropologie, économie, histoire, sciences politiques, géographie, démographie, droit... L'interdisciplinarité n'est pas, ici, une simple question de principe, mais une question d'efficacité. D'une part, le dialogue avec les sciences « dures » est une exigence pour penser un développement durable. D'autre part, le dialogue entre les sciences sociales s'impose pour analyser les environnements et enjeux dans les régions concernées et apparaît constamment comme la clé de la réussite ou de l'échec des opérations de développement et a fortiori d'urgence. La mise en place de formations d'excellence en matière d'étude du développement durable ne peut que reposer sur l'alliance entre une interdisciplinarité voulue et maîtrisée, et une spécialisation nécessaire.

Modalité d'admission : La spécialité est ouverte aux profils détenteurs d'un diplôme en sciences sociales, en sciences économiques, en sciences politiques et juridiques au sens large.
Les principales formations concernées sont la sociologie, l'anthropologie, l'ethnologie, la géographie, l'histoire, la philosophie, les études de sciences politiques, AES, les sciences juridiques.
La spécialité « Crises : interventions d'urgence et actions de développement » (niveau M2) du master accueille des étudiants issus de M1 de l'IEDES et des étudiants extérieurs titulaires d'une maîtrise (ou diplôme jugé équivalent) en sciences économiques et sociales (sociologie, anthropologie, économie, géographie, histoire, démographie, sciences politiques...) et qui manifestent un intérêt particulier pour les questions liées au développement économique et à la Spécialité (mémoire, stage, expérience associative...).
La spécialité s'adresse également à des responsables d'ONG, à des cadres d'institutions nationales ou d'un autre pays UE ou hors UE, à des salariés d'entreprises publiques ou privées qui le plus souvent en accord avec leurs employeurs, mais également sur initiative individuelle, cherchent à acquérir ou à réactiver l'acquisition d'outils analytiques et conceptuels qui leur permettront de progresser dans leurs pratiques professionnelles.
Les procédures de validation des acquis s'effectueront selon les termes réglementaires. Le candidat devra faire la preuve que ces acquis professionnels sont liés aux thèmes développés dans la Spécialité.

Les effectifs visés sont d'environ 20 étudiants par promotion.
La sélection pour l'entrée en M2 se fait sur dossier (examen des notes et évaluations).
Nombre de points ECTS : 120 (à l'issue de l'obtention du diplôme)
Niveau de diplôme validé à la sortie : BAC+5
Langue d'enseignement : Français
Rythme : Formation initiale/continue
Public : Etudiants / Salariés / Demandeurs d'emploi
Site Web du diplôme : http://www.univ-paris1.fr/fr/ufr/iedes/master-etudes-du-developpement/master-etudes-du-developpement-shs/crises-interventions-durgence-et-actions-de-developpement/
Espace Pédagogique Interactif : http://cours.univ-paris1.fr/