X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » École Doctorale de Droit de la Sorbonne (ED 565) » Départements » Droit public et Droit fiscal

Directrice:

Opens window for sending emailProfesseur Marie-Anne COHENDET

 

 

Responsable administrative :

Mariana DIAMANTINO DE SOUZA OLIVEIRA

 

 

Courriel :

Opens window for sending emaileddrpub@univ-paris1.fr

 

Télephone :

01.44.78.33.38

 

Centre Malher

bureau 307

9 rue Malher 75004 Paris

métro Saint Paul

 

Horaires d'ouverture :

lundi, mercredi, jeudi: 
09h00-13h00
mardi: 
13h30-18h00 

Droit public et Droit fiscal

 

  ACTUALITES 

 

 Prochaines conférences du département de droit public et droit fiscal de l'EDDS :

 

 

Les conférences du département ont toujours lieu au sein de l’amphithéâtre Dupuis du Centre Malher, de 18 heures à 20 heures :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  07/11/2017

 

 

 

 

 

 

Sur quelques apories de la méthodologie comparatiste : la théorie générale du droit peut-elle être de quelque secours ? 

 

 

 

 

 

Guillaume Tusseau, Agrégé de droit public, et professeur des universités à l’Ecole de droit de Sciences Po et membre de l’Institut universitaire de France. Il y enseigne et y mène des recherches portant sur le droit constitutionnel et les institutions politiques, le contentieux constitutionnel comparé et la théorie du droit.

Résumé. – Si l’on postule qu’ils sont distincts l’un de l’autre, droit comparé et théorie générale du droit peuvent entretenir deux types de rapports. Selon une approche inductive, le droit comparé fournit, en identifiant des invariants du phénomène juridique, la matière d’une théorie du droit applicable à tous les ordres juridiques. Selon une approche déductive, c’est au contraire la théorie du droit qui, par les concepts généraux qu’elle fournit au comparatiste, permet l’étude d’une pluralité de droits positifs. Or aucune de ces deux démarches n’échappe à des difficultés considérables. La première suppose nécessairement, en amont de la comparaison, que le juriste soit doté de concepts théoriques, tandis que la seconde ne peut s’appuyer sur une théorie du droit parfaitement neutre et détachée de tout ordre juridique positif. Afin d’échapper à l’antinomie qui conduit, pour répondre à l’une de ces deux séries d’objections, à s’exposer un peu plus à l’autre, une métaméthodologie d’orientation pragmatiste est proposée. Du point de vue des difficultés gnoséologiques, celle-ci adopte une vision cohérentiste, fondée sur une interaction constante des concepts et des objets au sein de l’enquête juridique. Du point de vue du risque d’ethnocentrisme qu’affronte tout comparatiste, elle renonce à tout point de vue de surplomb, et invite, précisément à travers l’opération comparatiste, à une prise de conscience réflexive des présupposés non scientifiques de toute démarche scientifique.

 

21/11/2017

 

La lutte contre la corruption

Eva Joly, ancienne conseillère du gouvernement norvégien dans la lutte contre la corruption et la délinquance financière internationale.

 

 

05/12/2017

 

L'Etat d'urgence ou sélection d'entrée à l'université

 

 

Paul Cassia, Professeur à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne