X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Accueil » IDHES - Institutions et dynamiques historiques de l'économie et de la société (UMR 8533) » Structure de l'IDHE.S Paris 1 » IDHE.S - ISST

Contact

IDHE.S Paris 1 / Bourg-la-Reine

 

ISST

 

16, boulevard Carnot

92340 Bourg-la-Reine

 

Tél : 01 79 41 90 29

Courriel :

marc.loriol@orange.fr

 

Coordonnées de la bibliothèque : docisst@univ-paris1.fr

01 79 41 90 08 ou 09 ou 10

IDHE.S - ISST

IDHE.S ISST

 

Au premier janvier 2011, Les chercheurs du laboratoire Georges Friedmann (FRE 3319) ont rejoint l'IDHE.S (Institutions et dynamiques historiques de économie et de la société – UMR 8533). Les chercheurs de l'équipe de l'IDHE.S ISST ont développé des thématiques congruentes avec celles de l'IDHE.S Sorbonne comme le travail et les métiers, les conditions de travail, les relations professionnelles et l'action syndicale, le genre au travail et dans les arts ou encore le travail artistique et créatif.

 

Installé à l'Institut des sciences sociales du travail (ISST) depuis 1998, l'IDHE.S ISST assume pleinement l'héritage des fondateurs de la sociologie du travail en France – syndicalisme et relations professionnelles – tout en investissant des problématiques originales et innovantes – santé, genre, arts. Alors que le champ des relations professionnelles est déjà occupé par d'autres équipes (même si une importante recherche a été conduite au niveau européen, sur les relations professionnelles, puis, avec une autre équipe sur le stress dans les très petites entreprises (TPE) et au niveau national, sur les relations sociales à La Poste), nous avons centré nos investigations sur les acteurs syndicaux eux-mêmes en bénéficiant d'un accès privilégié aux organisations syndicales. Au cours des dix dernières années, des recherches de grande ampleur (3 à 4 ans par des équipes de quatre ou cinq chercheurs) ont été conduites sur les pratiques de syndicalisation à la CFDT et à la CGT. Elles ont permis de mieux comprendre les modes de fonctionnement de ces organisations ainsi que les différentes conceptions de l'adhésion et du militantisme (par exemple autour de l’engagement militant comparé à d’autres formes d’engagement). Jean-Pierre Le Goff s’est quant à lui, dans son ouvrage sur les transformations d’un village français, intéressé aux nouvelles formes de militantisme au-delà du travail et de vie associative locale.

 

Ainsi, autour de Marc Loriol, Marie Buscatto et Marc Touché, ont été menées différentes recherches et publications sur la santé au travail, et ce avec la participation de doctorants. En 2008, un ouvrage collectif sur le stress au travail des agents de la fonction publique a rassemblé plusieurs chercheurs de l’équipe. Des recherches sur le stress dans différents secteurs (police, hôpital, salles de concerts, TPE, etc.) sont conduites ces prochaines années, toujours avec l’implication forte de doctorants.

 

En lien avec des travaux empiriques menés par les membres de l’équipe sur les artistes, les diplomates, les professionnels du sport ou les militants syndicaux, a été mise en œuvre une journée d’étude sur la passion au travail qui donnera lieu, en 2014, à une publication collective rassemblant les différentes interventions. Une réflexion collective est également en cours sur les professionnalités, les trajectoires et le rapport (objectif et subjectif) au travail des artistes dans les sociétés contemporaines.

 

Une approche transversale par le genre et les rapports sociaux de sexe est également fort bien représentée dans les travaux empiriques menés par les chercheurs de l’équipe – sur les policiers, les artistes, les hommes dans les métiers « féminins » ou le corps hospitalier –. Elle prend également la forme d’une recherche collective (2013/2015) portant sur le genre dans la critique d’art et financée dans le cadre d’un P.I.C.S. du CNRS mené sous la direction de Marie Buscatto.  

 

Ces dernières années, l'IDHE.S ISST a organisé deux grandes manifestations internationales : le colloque international «Le genre à l’œuvre » les 21 et 22 septembre 2011 à la Sorbonne, sous la responsabilité scientifique de Marie Buscatto et les journées d'études internationales « Le travail artistique en régime numérique : interroger les cultures matérielles », organisées par Philippe Le Guern les 3 et 4 juin 2010. Il s'agissait de regrouper pour la première fois des chercheurs français et étrangers travaillant sur ces mêmes thèmes. Les chercheurs de l’DHE.S ISST participent encore à plusieurs réseaux internationaux sur les méthodes ethnographiques, le genre, le travail artistique, les conditions de travail et la santé au travail, etc.

 

L'IDHE.S ISST a réalisé plusieurs rapports de recherche pour des agences et expertises : ont été rédigés ces dix dernières années des rapports de recherche pour le compte de la Poste, la Caisse Nationale d'Assurance vieillesse (CNAV), le ministère des Affaires étrangères et Européennes (MAEE), la Confédération générale du travail (CGT), l’INSERM (sur le stress dans les métiers indépendants), l’Observatoire Alptis pour la protection sociale (sur les TPE).

 

Parmi les autres formes originales de valorisation de la recherche, il faut évoquer la dimension muséographique : Marc Touché a été commissaire d'exposition et organisateur de plusieurs expositions importantes ouvertes aux grand public sur les métiers de la musique, les musiques électro-amplifiées, les pratiques sportives urbaines, etc.

 

Indépendamment de leurs propres travaux, les doctorants sont considérés comme des chercheurs « juniors » qui doivent participer aux travaux de recherche collectifs dans un métier où l'apprentissage s'opère aussi par le biais du compagnonnage. Ils sont intégrés totalement dans les équipes de recherche. Les différents contrats de recherche gérés par l'IDHE.S ISST ont été l'occasion de recruter des doctorants afin de leur assurer un revenu et une formation à la recherche par la recherche. Un budget spécifique leur est réservé afin qu'ils puissent participer à des colloques en France et à l'étranger. Des locaux et des moyens informatiques leurs sont attribués pour qu'ils puissent mener à bonne fin leur travail. Un soutien particulier leur est accordé pour développer des relations internationales et plusieurs de nos jeunes chercheurs ont ainsi été conduits à coordonner, à partir de leurs propres recherches et préalablement à la soutenance de leur thèse, des numéros de revues, voire à assumer la coordination de colloques ou de séminaire sur le travail et les méthodes de recherche. A l’avenir, les liens avec les doctorants d’autres entités de l’IDHE.S seront également encouragés.